Un plan de lutte contre les résidus de médicaments dans l’eau

Le ministère de l’Ecologie et celui de la Santé viennent de lancer cette semaine un plan de lutte contre contre la dispersion des résidus médicamenteux dans l’eau.

Moins de la moitié (13 000 tonnes sur 30 000 tonnes) des médicaments non utilisés chaque année en France sont récupérées dans les pharmacies. Le reste jeté ou est dispersé « dans la nature ». Résultat : un quart des échantillons d’eau potable analysés contiennent des résidus de médicaments – notamment de la caféine, des antiépileptiques et des anxiolytiques mais aussi des antibiotiques, des bêtabloquants ou des hormones.

Un autre gisement de cette pollution par des médicaments provient des déjections humaines et d’animaux d’élevage.

Les quantités sont certes faibles mais les conséquences (sanitaires et environnementales) ne sont pas connues. Ni d’ailleurs les effets des interactions de ces produits.

Le premier objectif du plan sera donc de classer les quelque 3 300 molécules ainsi dispersées et d’en évaluer les effets sur l’environnement et la santé humaine. Autres actions annoncées : réduire les émissions de résidus de médicaments dans l’environnement, améliorer les filières de récupération des produits non utilisés, sensibiliser la population au bon usage des médicaments.

A lire également :