[MàJ] : La rencontre – hier – entre les victimes de surirradiation à l’hôpital de Rangueil et les juges d’instruction du pôle de santé publique sur le volet pénal de cette affaire a été décevante pour les victimes. Les juges ont déclaré que l’instruction serait sans doute terminée à la rentrée et risquait de déboucher sur une relaxe.

Le dernier comité de suivi pour l’indemnisation des patients surirradiés au Chu Rangueil (Toulouse) en 2006 et 2007 a livré hier quelques informations sur les indemnisations proposées et/ou versées aux victimes.

Présidé par Claude Evin, le comité a précisé que 89 dossiers de demandes d’expertise avaient été examinés. Dans 38 dossiers, la commission a estimé qu’il y avait un lien direct entre la surirradiation subie et la détérioration de l’état de santé des victimes. Dans 24 dossiers – dont ceux des neuf patients décédés –, l’imputabilité n’a en revanche pas été établie. D’autres expertises sont encore attendues pour une vingtaine de dossiers.

L’assureur du centre hospitalier, le groupe Axa a déjà payé six millions aux victimes, dont quatre dans le cadre de dossiers aboutis.

Du côté des victimes, l’association Sos Irradiés 31 a déclaré qu’un total de 2,5 millions d’euros avaient été versé pour indemnisés 21 victimes qu’elle soutient.

Pour ce qui est du volet pénal ouvert pour « mise en danger de la vie d’autrui », «  coups et blessures non intentionnels » et « homicides involontaire », les victimes sont reçues aujourd’hui au pôle santé de Paris.

Au total, les accidents de surexposition à des radiations ont touché 145 patients de l’hôpital Rangueil traités pour des tumeurs cérébrales. Des accidents liés à un mauvais étalonnage d’un appareil.

A lire également :