Suivi amiante, procédure simplifiée

Depuis quelques semaines,
il n’est plus nécessaire d’obtenir
une entente préalable pour passer
un scanner thoracique dans
le cadre du suivi professionnel ou post-professionnel amiante. Cette démarche contraignante, dans un dispositif déjà lourd, a été supprimée par la Caisse
de prévoyance et de retraite du personnel de la Sncf. Les scanners, essentiels
au dépistage des plaques pleurales,
par exemple, sont donc intégrés
dans le protocole de surveillance.
Cette avancée significative fait suite
aux demandes réitérées de l’association Allô amiante, dont la dernière effectuée par son président, Georges Arnaudeau, date de l’assemblée générale
de l’Umcpg, fin 2010.

La démarche pour obtenir l’entente préalable allongeait encore les délais d’attente pour passer un scanner à l’hôpital ou en clinique. Beaucoup d’agents exposés se passaient de surveillance, notamment les retraités isolés. Ou alors ils n’attendaient
pas la réponse et se faisaient
rembourser par la Caisse de prévoyance
et leur mutuelle, alors que cet examen relève du dispositif accidents du travail/maladies professionnelles. « Quitte à y être de leur poche en cas de dépassement d’honoraires par le radiologue ! »
a constaté Georges Arnaudeau.

Site Internet : allo-amiante.over-blog.fr