Les insomnies

9 % de Français en souffrent de façon chronique et sévère. Souvent liées au stress, ces insomnies peuvent aussi être le signe d’une dépression.

Les bons réflexes :

– en cas d’insomnies passagères, ne vous jetez pas sur les somnifères, surtout sans prescription médicale. Essayez plutôt de respecter votre rythme biologique en vous couchant dès les premiers signes de fatigue et à des heures régulières.

– Evitez les dîners trop copieux, l’alcool et les excitants, mais aussi le sport après 20 heures, car la libération d’adrénaline réveille.

– N’hésitez pas à vous ménager un moment de détente. Mais attention à l’ordinateur : si les soirées « chat » sont stimulantes pour l’esprit, ­elles ne favorisent pas le sommeil.

– Veillez à ce que la température de votre chambre n’excède pas 20 oC. Si vous vous réveillez au milieu de la nuit, levez-vous et pratiquez une activité calme, le sommeil devrait revenir. S’il est déjà 4 heures du matin, inutile de vous recoucher : commencez plus tôt votre journée, vous serez fatigué le soir.

Quand consulter ?
N’attendez pas que l’insomnie devienne chronique (plus de trois fois par semaine depuis au moins trois mois) pour en parler à votre médecin.

Il pourra vous prescrire des somnifères, effi­caces ponctuellement pour vous aider à passer un moment difficile, ou, éventuellement, des antidépresseurs, si l’insomnie est révélatrice d’une dépression ou d’un trouble anxiodépressif. Si aucun événement difficile de la vie (décès, séparation, chômage…) ni aucune maladie ne sont en cause, il vous orientera vers un spécialiste des troubles du sommeil afin de mieux repérer les raisons du dysfonctionnement.

Les apnées du sommeil

Le syndrome d’apnées du sommeil se caractérise par des arrêts répétés de la respiration. celle-ci reprend à la faveur de micro-réveils très fréquents et de ronflements importants. Ces apnées sont liées à l’obstruction du pharynx empêchant le passage de l’air dans les voies respiratoires.

Les bons réflexes :

surveillez votre hygiène de vie. Le surpoids, l’alcool, le tabac ou les somnifères favorisent l’apparition de ce trouble. Dormez sur le côté plutôt que sur le dos.

Quand consulter ?

Vous devez consulter si vous vous réveillez très fatigué, avec des maux de tête, si vous avez des troubles de l’attention. Ce syndrome doit être pris en charge, car il augmente le risque d’accidents cardio-vasculaires.

Un enregistrement de la respiration et de l’activité cérébrale dans un centre du sommeil vous sera conseillé. Si une anomalie anatomique est détectée, une intervention chirurgicale peut être recommandée. Il existe également des appareils dentaires qui repositionnent la mâchoire et dégagent les voies respiratoires.

Le traitement des apnées sévères repose sur la ventilation par pression positive continue : l’apnéique porte un masque, relié à un compresseur qui envoie de l’air en continu dans les narines afin d’ouvrir les voies aériennes. Le port du masque peut être contraignant, mais il est en général bien accepté tant la qualité de vie est améliorée.

La somnolence

Elle peut être due à la narcolepsie, une maladie rare qui s’accompagne d’une baisse brutale du tonus musculaire et d’hallucinations et qui se déclare souvent avant l’âge de 20 ans.

Les bons réflexes :
– consultez dès l’apparition des symptômes, car cette somnolence a des reten­tissements sur la vie quotidienne et peut entraîner des accidents.

– Gérez votre sommeil, en vous couchant à des horaires réguliers et en dormant suffisamment.

– Dans la journée, aménagez-vous des micro-siestes.

– Certains stimulants augmentent la vigilance sans entraîner d’accoutumance.

Voir aussi :