Navigation article

Sida

Sida : un tiers des découvertes de séropositivité sont trop tardives

En France, près d'un tiers des découvertes de séropositivité sont trop tardives, d'après les derniers chiffres de Santé publique France.

En 2017, environ 6 400 personnes ont découvert leur séropositivité, un chiffre stable entre 2010 et 2017, d'après les données de Santé publique France. 3 600 (56 %) ont été contaminées par le virus du sida lors de rapports hétérosexuels, 2 600 (41 %) lors de rapports sexuels entre hommes et 130 (2 %) par usage de drogues injectables (ce dernier chiffre est en baisse).

Parmi les découvertes chez les hétérosexuels en 2017, 75 % concernent des personnes nées à l’étranger, principalement en Afrique subsaharienne. Parmi les hommes ayant des rapports avec des hommes (Hsh) ayant découvert leur séropositivité en 2017, 26 % étaient nés à l’étranger.

Trop de découvertes de séropositivité tardives

Selon les résultats, près d’un tiers des découvertes de séropositivité sont toujours trop tardives : 30 % des personnes ont été diagnostiquées en 2017 à un stade avancé de l’infection à Vih, voire au stade clinique du sida, déplore le rapport de Santé publique France. La moitié des découvertes de séropositivité (52 %) a concerné des personnes déclarant n’avoir jamais été testées auparavant.

La prévention est encore et toujours à l'ordre du jour et permettra de réduire à terme le nombre de nouvelles contaminations par le Vih.

Un autre objectif est de permettre aux personnes séropositives d’accéder à un traitement antirétroviral, le plus précoce possible.

 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction