Navigation article

Seniors

Sexualité des seniors : protégez-vous !

C’est souvent en été que, à tout âge, on fait de nouvelles rencontres… Et avoir une sexualité épanouie après 50 ans est excellent pour la santé, à condition de se protéger.

Les campagnes de prévention des infections sexuellement transmissibles (Ist) s’adressent le plus souvent aux jeunes. Et pourtant, chlamydia, gonocoque, syphilis, hépatite B, Vih... sont de plus en plus fréquents chez les seniors.

Ces Ist sont provoquées par des microbes, des virus,des bactéries ou des champig nons, qui se transmettent lors des rapports sexuels.

Comment se protéger ?

Le préservatif (masculin ou féminin) reste le moyen de protection le plus efficace. Pas toujours évident pour des générations ayant prôné l’amour libre et la pilule ! Pour l’hépatite B, il existe un vaccin, et il est possible de se faire vacciner à tout âge.

Quand consulter ?

Quelques signes peuvent alerter : des brûlures en urinant, des pertes vaginales, des boutons sur la région génitale ou l’ensemble du corps, des ulcérations, des démangeaisons, des espèces de verrues (condylomes). Attention : certains symptômes (sécheresse vaginale avec sensation de brûlures et démangeaisons) peuvent être confondus avec ceux de la ménopause. Un examen médicalou un auto-test suffisent pour diagnostiquer certaines Ist ; pour d’autres une prise de sang ou une analyse d’urine sont nécessaires.
Au moindre doute, ou après une relation non protégée, n’hésitez pas à vous rendre chez votre médecin, chez un gynécologue ou un dermatologue, ou encore dans un centre de diagnostic (anonyme et gratuit) pour faire pratiquer un dépistage. Dommage toutefois qu’il n’existe pas de consultation spéciale seniors.

Les traitements

Chaque Ist a son traitement qui doit  être respecté, même si les symptômesont disparu. Utilisez un préservatifjusqu’à la guérison pour ne pas contaminer votre partenaire. Une visite de contrôle chez le médecin est indispensable une fois le traitement terminé.
Et bien sûr, informez vos partenaires et contactez les anciens pour leur conseiller de se faire dépister, même si l’infectiona eu lieu il y a longtemps.

En savoir plus sur www.info-ist.fr

A noter
Une étude menée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (Ecdc) a montré que 17 % des adultes nouvellement diagnostiqués positifs au Vih ont plus de 50 ans,
et ce chiffre progresse. Dans la plupart des cas, le diagnostic des seniors est tardif. Sachez qu’il existe des auto-tests disponibles en pharmacie sans ordonnance pour un diagnostic précoce et donc un début rapide de traitement si nécessaire.

Et le sida ?
Une étude menée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (Ecdc) a montré que 17% des adultes nouvellement diagnostiqués positifs au Vih ont plus de 50 ans, et ce chiffre progresse. Dans la plupart des cas, le diagnostic précoce et donc un début rapide de traitement si nécessaire.

 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Protection sociale

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction