Au cours l’exercice annuel de présentation de ses vœux aux personnels de santé, le 20 janvier à Châtillon-sur-Indre, le Président de la République a évoqué l’affaire du Mediator et annoncé une « refondation en profondeur de la politique du médicament » et du système de pharmacovigilance « au travers de procédures plus réactives et d’autorités publiques plus efficaces ».

Il s’est engagé à « renforcer la garantie absolue d’indépendance, de transparence et d’impartialité des prises de décision » dans ce secteur et propose d’améliorer « la formation continue de vos médecins pour qu’ils soient au courant dans le maquis de la profusion d’innombrables informations médicales ».

Abordant les dossiers de santé et de protection sociale en cours, Nicolas Sarkozy a réaffirmé sa volonté de réformer la dépendance, sans plus de précisions sur le financement : assurance, cotisation ou prélèvements.

Plus globalement, le Président a indiqué vouloir s’attaquer au « dérapage » des dépenses de santé, les chiffrant à «  160 milliards d’euros », expliquant que « nous avons choisi de refuser de couper dans les dépenses de santé » mais en soulignant qu’« avoir les deux-tiers des hôpitaux en déficit n’est sain pour personne ».

Enfin, il a déclaré que « si les médicaments sont inefficaces, il faut les sortir du remboursement », se qui laisse présager d’autre déremboursements.

Enfin, sur la médecine de proximité, Nicolas Sarkozy a déclaré vouloir « aider les professionnels à se regrouper […], diversifier les modes de rémunération des médecins »

Les vœux présidentiels aux personnels de santé (vidéo) :

www.elysee.fr