Les enfants de CM2 sont en bonne santé mais des différences existent selon leur origine sociale, d’après la dernière enquête d'”Etudes et résultas”. L’enquête montre ainsi que les enfants d’ouvriers sont deux fois plus en surcharge pondérale (25 %) que les enfants de cadres (10 %). Ainsi, si les enfants de cadres ne sont quasiment pas touchés par l’obésité (moins de 1%), celle-ci touche 7 % des enfants d’ouvriers. « Outre des facteurs génétiques, la surcharge pondérale est liée à des habitudes de vie et à des comportements différents suivants les milieux sociaux », rappellent les auteurs de l’étude. Et les résultats sont sans appel: 45 % des élèves de CM2 fils ou filles de cadres déclarent consommer des fruits tous les jours contre seulement 23 % des enfants d’ouvriers, 86 % ne consomment pas tous les jours des boissons sucrés (contre 71 % des enfants d’ouvriers) et 92 % des enfants de cadres prennent un petit-déjeuner tous les matins, contre trois quart des enfants d’ouvriers.

De même, ces derniers ont nettement plus souvent des caries non soignées ou des troubles de la vision non corrigés.

En revanche, la couverture vaccinale a progressé pour la rougeole et l’hépatite B depuis 2005.

Enfin, au-delà du champ de la santé, les enfants d’ouvriers ont, en CM2, quatre fois plus de risque d’avoir des difficultés de lecture que les enfants de cadres et plus de la moitié d’entre eux déclarent ne pas savoir très bien nager.

 

 

Études et résultats n° 853, septembre 2013