40 euros de “prime exceptionnelle” par an pour les retraités modestes, dont les pensions n’excèdent pas 1 200 euros, voilà en substance ce que le Premier ministre Manuel Valls a annoncé sur TF, hier soir. A ceci s’ajoute le coût du relèvement de 8 euros du minimum vieillesse à 800 euros. Comment seront financées ces mesures qui s’élèveront à 250 millions d’euros ? “Nous les financerons par des économies”, a promis le Premier ministre.

La prime de 40 euros sera versée en une fois, en janvier-février 2015. Le coup de pouce pour les personnes âgées modestes est la principale annonce économico-sociale de la déclaration de politique générale de Manuel Valls, avec l’annonce d’une baisse d’impôt qui concernera 6 millions de ménages en 2015, contre plus de 4 millions en 2014.

Pour les autres retraités, il faudra attendre octobre 2015. Dans les faits, cela revient pour eux à un gel de dix-huit mois puisque la date de revalorisation annuelle des retraites avait déjà été décalée cette année d’avril à octobre à l’occasion de la réforme des retraites.

François Thiery-Férier, secrétaire général des retraités CGT, se montre critique envers l’annonce de Manuel Valls. Pour lui, il fallait revaloriser l’ensemble des retraites, et rééquilibrer face aux entreprises. Ce mercredi matin, sur France Info, le représentant de la CGT a parlé “d’enfumage“. “Je pense qu’il fallait revaloriser l’ensemble des retraites […] Ca va faire 30 mois sans revalorisation des retraites“. D’autant que la situation est grave, selon lui : “Ce sont deux millions de retraités qui sont de nouveau imposés cette année“.

De quoi nourrir les revendications des syndicats qui appellent à une grande journée de mobilisation le 30 septembre prochain.