C’est une « folie » de retirer de la liste des affections de longue durée (ALD), l’hypertension artérielle sévère. C’est en ces termes que l’Association des accidentés de la vie (FNATH) qualifie cette décision du Gouvernement prise le 26 juin dernier.

C’est pourquoi, cette dernière, avec l’Alliance du Cœur et le CISS [fn]Le Collectif interassociatif sur la santé[/fn] a décidé de déposer un recours en annulation devant le Conseil d’État, le 25 août.

« C’est d’abord une atteinte manifeste au bon sens et à la santé publique alors que la Haute autorité de santé avait manifestement émis un avis défavorable ou demandait, a minima, qu’un dispositif soit mis en place pour les assurés concernés. En réponse, le Gouvernement a indiqué que ceux déjà en ALD ne seraient pas concernés mais n’a rien prévu pour les futurs malades … qu’ils se débrouillent donc ! » déplore la FNATH dans un communiqué.

Cette dernière pense que c’est une énorme erreur que de supprimer la prise en charge à 100 % des patients hypertendus sans proposer aucune autre mesure d’accompagnement.

Toutes les autorités sanitaires, y compris le haut conseil de la santé publique, et scientifiques considèrent que la lutte contre l’hypertension artérielle participe directement à la baisse de la mortalité cardiovasculaire. Même la loi de santé publique en a fait un objectif de santé publique validé par le Parlement.

Lire aussi