Que Choisir a trouvé des « cancérogènes probables ou possibles » dans les jouets d’enfants

L’UFC-Que Choisir constate dans une étude que si les interdictions de “phtalates, formaldhéhyde, colorants azoïques, substances cancérogènes ou reprotoxiques” dans les jouets sont respectés, 20 % des plastiques utilisés dans certains de ces jouets contiennent des “substituts aux phtalates n’ayant fait l’objet d’aucune évaluation toxicologique officielle et qui ne figurent pas dans la liste des additifs pouvant être utilisés dans les matériaux plastiques en contact avec les aliments”.

Dans son étude, l’association a testé la toxicité de 30 jouets destinés aux enfants de moins de 3 ans, à quelques jours des fêtes de Noël.

La moitié de ces jouets contiennent des dérivés pétroliers (HAP) “classés cancérogènes probables ou possibles par l’Agence américaine de l’Environnement (Epa) et l’Union européenne, ou des substances susceptibles d’être transformées en nitrosamines, également cancérogènes probables ou possibles selon le Circ (Centre international de recherche sur le cancer) et l’Epa” .

Parmi les jouets signalés, certains sont des produits très populaires, comme le doudou Oui-Oui ou Sophie la Girafe. Le premier contient du chrysène et du naphtalène, cancérogènes probables ou possibles. La deuxième fréquemment portée à la bouche par les enfants “libère dans la salive des précurseurs de nitrosamines”,interdits dans les tétines mais autorisés dans les jouets…

L’UFC-Que Choisir annonce avoir saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) afin qu’elle mène une évaluation toxicologique.