Au procès des “irradiés d’Epinal” hier, les procureurs ont requis 3 ans de prison dont 1 ferme contre le radiophysicien de l’hôpital et 4 ans, dont 18 mois ferme, contre les deux médecins. Un an avec sursis a été réclamé contre les responsables des tutelles et une relaxe pour l’ancienne directrice.

Les deux médecins et le radiophysicien d’Epinal étaient renvoyés pour “homicides et blessures involontaires”. L’hôpital, les directrices de l’hôpital et de la Ddass, et le directeur de l’agence régionale d’hospitalisation pour “non-assistance à personne en danger”.

“Manque de bon sens” et de “conscience professionnelle” ont été les deux faits principaux reprochés par le parquet aux accusés.

Cette affaire est la la plus grande catastrophe d’irradiation jamais survenue en France : 12 morts, et près de 500 personnes surirradiées.

Le Parisien précise aujourd’hui que “30 000 € d’amende ont également été requis contre chacun” des praticiens, soulignant que “les procureurs ont dénoncé “l’errance médicale” à laquelle les malades ont été confrontés pendant plusieurs années, faute d’avoir été informés des surdoses dont ils avaient été victimes”.