3 746 euros, c’est en moyenne ce que les médecins libéraux vont toucher cette année au titre de la prime à la performance, a annoncé l’assurance-maladie le 11 avril. Entré en vigueur le 1er janvier 2012, ce dispositif récompense les praticiens – volontaires – qui ont atteint des objectifs sur le suivi de deux maladies chroniques (diabète et hypertension), la prévention (dépistage du cancer du col de l’utérus et du sein, vaccination contre la grippe), le volume de prescriptions d’antibiotiques ou de génériques et sur l’informatisation du cabinet. En fonction de la réalisation ou non des objectifs, des points sont attribués par les services de l’assurance-maladie aux médecins ayant choisi cette forme de rémunération.

Pour les seuls généralistes, la prime moyenne atteint 5 365 euros. « Ces médecins auront réalisé, dès la première année, leurs objectifs à hauteur de 50 % », souligne la Caisse nationale d’assurance-maladie.

Si la « prime à la rentabilité » semble avoir permis une baisse de prescription d’antibiotiques de 3 % en 2012, en revanche, la part des patientes qui ont recours au frottis pour dépister le cancer du col de l’utérus a diminué.

La prime aura coûté, en 2012, 280 millions d’euros à l’assurance-maladie.