87 % des Français estiment qu’il faut encadrer (52 %) ou interdire (35 %) les dépassements d’honoraires selon une enquête Viavoice réalisée pour le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss). 12 % des sondés seulement préfèrent qu’on laisse encore les médecins en secteur 2 fixer eux-mêmes leurs dépassements d’honoraires.

Pour lutter contre les déserts médicaux, une grosse majorité (58 %) estiment qu’il faut encadrer l’installation des médecins. Cet encadrement est explicitement préféré à une politique d’incitation par des aides publiques qui recueille 36 % d’approbation.

Enfin sur le financement de la Sécurité sociale, 33 % des personnes pensent qu’il faut augmenter les cotisations, 22 % qu’il est préférable de “diminuer les remboursements même si cela conduit à ne plus prendre en charge certains soins”. 20 % estiment qu’il est préférable d’augmenter les cotisation des complémentaires.

Le sondage comportait aussi une question sur la lutte contre la “fraude sociale”. 67 % des sondés considèrent que la renforcer permettrait en grande partie (47 %) ou totalement (20 %) de résorber le déficit de l’assurance maladie.

Un mirage commente le Ciss qui rappelle que “ parmi les « fraudes sociales », celles en lien avec les dépenses d’assurance maladie en représentent une part très faible… et encore plus minoritaire si l’on s’intéresse aux fraudes émanant des usagers.” Très précisément 8 millions d’euros de fraude dues aux assurés sociaux sur les 156 millions constatés.

Les propositions des candidats à la présidentielle ne convainquent pas les sondés. Elles sont jugées “assez pertinentes” par 14 % des sondés, mais “peu pertinentes” par 23 % d’entre eux, “pas pertinentes” du tout par 21 %.

Une majorité relative (42 %) déclarent de toute façon ne pas connaître les propositions des candidats et 1 % seulement les trouvent “tout à fait pertinentes” !

Pourtant, un tiers des Français affirment, selon ce sondage, que les propositions pour la santé qui leur seront présentées auront un impact sur leur vote.