Navigation article

Santé

Prendre soin de son cerveau

Connaissons-nous les facteurs de risque qui mettent en péril la bonne santé de notre cerveau ? Toutes les réponses dans une enquête diffusée à l'occasion de la Semaine du cerveau, qui a lieu du 12 au 18 mars.

Le fonctionnement du cerveau est assez peu connu des Français, telle est la conclusion d'une enquête réalisée par la Fédération pour la recherche sur le cerveau (Frc) dont les résultats ont été révélés à l'occasion de la semaine du cerveau du 12 au 18 mars 2018.

Le cerveau, un organe méconnu

L'enquête, réalisée sur un échantillon représentatif de 1 001 personnes de 15 ans et plus, révèle que 45 % des sondés se disent inquiets pour la santé de leur cerveau, avec une légère prédominance chez les femmes (50 %) et les plus stressés (58 %).

83 % citent au moins une maladie du cerveau parmi les plus préoccupantes à titre personnel, au même niveau que les cancers (84 %). Les maladies neurologiques tiennent le haut du pavé (65 %), loin devant les troubles psychiques cités par seulement 31 % d’entre eux. Pourtant, ces derniers concernent un nombre très élevé de patients en France avec notamment 2 millions de dépressifs et entre 650 000 et 1 650 000 personnes atteintes de troubles bipolaires.

Des facteurs de risque méconnus ou minorés

Drogue, alcool, stress et manque de sommeil sont cités comme étant des facteurs de risque ayant « un impact très négatif » sur le cerveau. Mais d'autres sont moins connus ou minorés, comme l'isolement social qui n’est évoqué que par 25 % des sondés, de même qu’une alimentation trop riche qui n’est considérée comme très délétère pour le cerveau que par 21 % d'entre eux. Idem pour le manque d'activité physique, cité seulement par 23 % des Français comme étant mauvais pour le cerveau. Le cœur est un organe bien mieux connu des sondés.

Enfin, 62 % des personnes sondées avouent ne pas être suffisamment informées sur ce qu’il est possible de faire au quotidien pour préserver la santé de son cerveau, de même que 59 % manquent d’information sur les risques qui lui sont associés, notamment chez les 15-24 ans.

Testez votre cerveau ici.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction