Maître Karim Felissi, avocat conseiller de la Fnath (association des accidentés de la vie)

 

Que pensez-vous de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés ?

Nous sommes scandalisés. La complémentaire santé en entreprise va coûter aux finances publiques, selon les hypothèses, entre 3,5 milliards et 5,1 milliards d’euros qui vont bénéficier aux institutions de prévoyance.

De son côté, le fonds Cmu, qui finance la Cmu-c et l’aide à la complémentaire santé est seulement de 1,8 milliards d’euros pour soutenir 5, 5 millions de personnes. A la suite à la conférence sur l’exclusion, Jean-Marc Ayrault a parlé d’augmenter la Cmu et l’aide à la complémentaire santé, à hauteur de 250 millions. C’est dérisoire et cela nous rend fous.

 

Les inégalités vont-elles s’accroître ?

C’est certain. Des branches vont êtres plus favorisées que d’autres et certains salariés auront des paniers de soins minimaux, ce qui va les obliger à prendre des surcomplémentaires. Pour les non-salariés, la situation va devenir intenable. Le gouvernement avait pourtant demandé au Haut Conseil sur l’avenir de l’assurancemaladie un rapport sur la mise en place d’une complémentaire pour toute la population. Il doit rendre ses résultats en juin. On met la charrue avant les bœufs, en déconnectant les salariés du dispositif et donc de la solidarité nationale.

C’est tout le chantier de la protection sociale complémentaire qu’il fallait remettre à plat, se servir de la fiscalité comme d’un levier pour privilégier les contrats responsables, réfléchir aux paniers et aux réseaux de soins.

Cet accord va être dévastateur pour la protection sociale. Nous sommes déçus. On ne comprend pas.