Portables : trois fois plus de risques de cancer cérébral après 25 ans d'utilisation

 

Nouvelle alerte sur les portables : une étude suédoise publiée dans la revue International Journal of Oncology indique que les risques d’avoir une tumeur cérébrale après 25 ans d’utilisation du téléphone portable sont multipliés par trois.

Les chercheurs ont travaillé sur des personnes âgées de 18 à 75 ans dont le cancer a été diagnostiqué entre 2007 et 2009 et comparé à un groupe témoin. Le risque de déclarer un cancer double pour les utilisateurs de portables depuis 20 ans et triple pour ceux qui s’en servent depuis 25 ans.

Le taux est encore plus élevé quand la tumeur est située du même côté de la tête que l’usage du portable.

Outre l’effet à long terme, l’étude indique une augmentation significative du risque de cancer après 1 à 5 ans d’utilisation. Selon les chercheurs, elle « conforte l’hypothèse d’un effet à la fois initiateur et promoteur des radiofréquences sur le cancer ».

Tout aussi inquiétant : les chercheurs ont trouvé des résultats très comparables à ceux des téléphones portables pour les téléphones sans fil employé à la maison.

Pour l’association Priartem (Pour une réglementation des implantations des antennes-relais de téléphonie mobile), à l’heure où de plus en plus d’enfants sont équipés d’un portable, « ces résultats doivent inciter plus que jamais les responsables de la santé à informer largement la population des risques associés à l’usage du portable » afin les fêtes de fin d’année, période propice à l’achat de portables pour les enfants dont l’association rappelle qu’ils sont « une population particulièrement vulnérable ».