Qu’il soit physique ou mental, léger ou aigu, le handicap touche plus d’un milliard de personnes dans le monde, soit 15 % de la population totale. C’est là l’un des enseignements du premier rapport global sur le handicap réalisé pour l’Organisation mondiale de la santé et la Banque mondiale. Un cinquième des personnes handicapées (150 millions d’individus) souffrent d’un « handicap sévère », en particulier les plus pauvres et les femmes.

Le rapport pointe du doigt les nombreuses difficultés des personnes en situation de handicap et ainsi la double peine qu’ils subissent. Entre 110 et 190 millions d’individus doivent affronter des difficultés en matière de santé, d’éducation ou de travail. Globalement, les personnes handicapées sont en moins bonne santé, réussissent moins bien leur études, ont moins d’occasions d’emploi et connaissent des taux de pauvreté plus élevés que les personnes valides. «La probabilité pour les personnes handicapées de recevoir des prestations de santé inadaptées à leurs besoins est deux fois plus élevée, et le risque de se voir privé des soins nécessaires est trois fois plus élevé que pour les valides», avance le rapport. Dans les pays à faible revenu, les personnes handicapées présentent 50 % de risques supplémentaires d’être confrontées à des dépenses de santé catastrophiques.

Quelques exemples mis en avant par le rapport :
– en Bolivie, 98 % des enfants valides sont scolarisés, contre 40 % des enfants handicapés
– dans l’Ocde, le taux d’emploi des personnes handicapées n’est que de 44 %, contre 75 % pour les valides

Fortes de ces constats, l’Oms et la Banque mondiale ont émis neuf recommandations pour que la situation s’améliore. Elles lancent notamment un appel pour que les personnes handicapées aient accès à tous les services de base de la société ou que les États investissent dans des programmes spécifiques.

Les principales causes de handicap aujourd’hui dans le monde sont le diabète, les accidents de la route et les blessures par armes légères.

A lire aussi :