A l’occasion de la journée nationale de la contraception, la Haute Autorité de Santé (HAS) publie deux guides à destination des médecins et des femmes. Objectif : mieux informer les patientes pour qu’elles puissent choisir la meilleure contraception pour elle.

Jusqu’ici, « faute d’informations pertinentes, elles délèguent bien souvent le choix de leur contraception aux professionnels de santé », pointe la HAS.

L’outil d’information mis à leur disposition devrait leur permettre de pouvoir dialoguer en toute connaissance de cause avec leur médecin lors de la consultation. Ce dernier disposera également d’un document d’aide à la décision qui devrait lui permettre de mieux répondre aux attentes et aux questions des femmes.

L’affaire des pilules de 3ème et 4ème générations, fin 2012, a montré que ni les professionnels de santé ni les patientes n’étaient bien informés sur les différents modes de contraception. Depuis, le recours à la pilule est passé de 50% à 41% en France. Celles de 3ème et 4ème générations, soupçonnées d’engendrer des thromboses veineuses et des embolies pulmonaires, ne sont plus remboursées depuis mars 2013.

Un point noir : sauf dans les plannings familiaux, la gratuité et l’accès à la contraception des mineures ne sont toujours pas assurés en France, l’absence de prise en charge à 100% par l’assurance maladie de la consultation prescripteur exige que le remboursement de la part complémentaire passe par le compte des parents.

 

VOIR NOS PRECEDENTS ARTICLES :