Le principe de la gratuité de la contraception pour les mineures de 15 à 18 ans avait déjà été voté par les députés. Mais la gratuité n’est pas le seul obstacle à la contraception des adolescentes. Aussi, lors de l’examen en seconde lecture du Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a proposé de rajouter un amendement sur la “garantie de confidentialité”.”Cet amendement est nécessaire afin que les jeunes filles puissent avoir recours à la contraception si elles le souhaitent sans que l’information qui serait faite à leurs parents sur ce point, notamment par les informations issues du remboursement par l’assurance maladie, ne pèse dans leur décision et vienne entraver leur volonté”, a-t-elle souligné.