Navigation article

Enfants

« Pas d'écran avant trois ans »

« Pas d'écran avant trois ans » est la nouvelle campagne du Conseil supérieur de l'audiovisuel (Csa) pour bannir les écrans pour les tout-petits.

Dix ans que le Conseil supérieur de l'audiovisuel (Csa) le martèle : « Pas d'écran avant trois ans ». Message relayé par le ministère de la Santé. 

Pas de bébé devant la télé

Le Csa repart en campagne pour la dixième année consécutive. L'apparition en France en 2008 de deux chaînes de télévisions destinées aux bébés avait suscité une grande émotion, notamment auprès de nombreux spécialistes du monde de l’enfance et des associations familiales. Le Csa avait immédiatement mené un travail de recherche avec l'appui de nombreux experts. Ce qui a donné lieu à une délibération relative aux effets de la télévision sur les enfants de moins de 3 ans expliquant notamment que les programmes télévisuels, quels qu’ils soient, ne sont pas adaptés aux enfants de moins de trois ans.

En 2018, le sujet est toujours d'actualité, les écrans ayant envahi la sphère familiale.

Cette campagne est destinée aux parents pour leur faire prendre conscience, sans les culpabiliser, des risques qui pèsent sur les jeunes enfants : conséquences sur le développement du cerveau, l'acquisition du langage et le niveau de concentration mais aussi « troubles du sommeil et de la vision et obésité liée à la sédentarité » rappelle la ministre de la Santé Agnès Buyzin.

En effet, on croit que la télévision a un effet apaisant sur les tout-petits. Or, le regard du bébé est capté par le flux d’images et de sons provenant de l’écran et qu’il ne comprend pas, ce qui peut donner l’illusion d’un effet calmant.

« Pourtant, ce calme sera souvent suivi d’une agitation mal comprise qui amènera les parents à augmenter l’exposition à la télévision, risquant ainsi d’accentuer son effet néfaste sur l’enfant », prévient le Csa.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Protection sociale

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction