L’Organisation mondiale de la santé (Oms) vient de lancer un plan mondial de lutte contre la résistance aux traitements antipaludisme, une maladie qui tue près de 800 000 personnes chaque année.

Des cas de résistance de la maladie au médicament le plus efficace utilisé aujourd’hui, l’artémisinine, ont récemment été découverts dans plusieurs pays d’Asie. Si cette résistance s’étendait, elle priverait les médecins de leur arme la plus efficace. L’une de celles qui a permis de faire reculer le paludisme de moitié en dix ans dans une quarantaine de pays.

Le plan de l’Oms – 175 millions de dollars (environ 225 millions d’euros) – vise à stopper la propagation des parasites résistants, à mieux surveiller l’évolution de cette résistance et à améliorer les tests de diagnostic du paludisme afin de n’employer l’artémisinine qu’à bon escient.