On doit au sénateur Caillavet la loi de 1976 sur le don d’organes qui porte son nom. Celle-ci stipulait que toute personne n’ayant pas fait connaître de son vivant son opposition au prélèvement d’organes était présumée consentante. Cette loi a permis un immense essor des greffes en France. Au sein de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) et du Comité national d’éthique, Henri Caillavet a été un militant acharné de l’euthanasie. Henri Caillavet est mort mercredi, à l’âge de 99 ans.