Mutuelles : François Hollande veut aider les retraités

François Hollande a annoncé lors du 41e Congrès de la Mutualité française, à Nantes, la mise en chantier d’une réflexion sur l’aide à la complémentaire santé pour les retraités, qui devrait être mise en œuvre d’ici à 2017.

Suite à la généralisation de la complémentaire santé en entreprise, les mutualistes avaient vivement exprimé leurs inquiétudes concernant l’accès à une mutuelle pour les personnes hors de l’entreprise, en particuler des retraités. Ces derniers voient brutalement leurs revenus baisser,  leurs besoins en santé augmenter et leurs  cotisations mutualistes multipliées par trois (supression de l’aide de l’employeur, fin des aides fiscales et sociales sur les contrats, augmentation des cotisations) lorsqu’ils quittent l’entreprise. En moyenne, pour un retraité, le coût d’une complémentaire santé passe de 300 à 1000 euros par an.

François Hollande a ouvert deux voies qu’il souhaite explorer. Adapter la loi Evin de 1989 afin que, lorsque le salarié quitte l’entreprise, les modalités de sortie du contrat groupe soient améliorées. Suite à la portabilité de un an, l’ancien salarié pourrait souscrire un contrat individuel aux mêmes conditions que celles dont il bénéficiait lorsqu’il était en entreprise.

« L’idée est d’aller encore plus loin dans la mutualisation entre les générations, de permettre aux salariés partant en retraite de garder leur garantie avec le même niveau de prime pendant plusieurs années, puis d’encadrer la progression des tarifs avec l’âge afin de mieux répartir les coûts » a déclaré François Hollande

La deuxième voie consisterait à cibler les aides fiscales sur des contrats super responsables pour soutenir les complémentaires santé qui font preuve de solidarité envers tous les Français. Pour le président de la République, les comportements vertueux devraient ainsi être encouragés. Un «super contrat responsable» pourait être envisagé, avec une baisse de la taxe sur les compagnies d’assurances (Tsca) de l’ordre de 2 % sur ces contrats. Selon lui, les mutuelles montrent déjà l’exemple. Dans la tranche d’âge des 60-75 ans, la différenciation des tarifs évolue deux fois moins rapidement dans les mutuelles qu’au sein des  compagnies d’assurances. C’est d’ailleurs pourquoi les trois quarts des retraités choisissent une mutuelle.

François Hollande veut aussi que, avant la fin de l’année, soit mise en place une évaluation des aides de l’Etat pour les complémentaires santé. Elles s’élèvent aujourd’hui à 4 milliards d’euros et sont essentiellement affectées aux complémentaires en entreprise… Cela pourrait changer et ces sommes allouées à l’aide à la mutualisation des retraités.