Depuis maintenant deux ans, la campagne nationale « Plus saine la vie » aide les cheminots à combattre le surpoids. Pour cela, deux armes : l’exercice physique et une nourriture équilibrée. Exemples à Rouen et à Nice.

 

A rouen : Balade au fil de l’eau

st de Rouen, dimanche 22 septembre. Un terrain, à deux pas du stade Saint-Exupéry, se remplit peu à peu. Des cheminots arrivent en famille, chaussures de marche ou baskets aux pieds et sac sur le dos. Plus de 70 volontaires se présentent ainsi au départ d’une promenade organisée par le service médical de l’entreprise, avec la Mutuelle des cheminots de Normandie (Mcn) et le service social de la Sncf. « Notre but est d’inciter les gens à pratiquer la marche », rappelle Dominique Suzanne, président de la Mcn.
A l’accueil, Martine Renault, chargée de prévention à la Mcn, distribue des bouteilles d’eau, des pommes, et la feuille de route qui servira de guide, sous forme d’énigmes. « C’est dimanche, le Petit Prince est fermé, mais découvrez la fontaine des Jardins » est la première indication. Il est presque 14 heures, les plus motivés ouvrent la marche. Rapidement, ils trouvent la fontaine des « Jardains », et poursuivent le long du Robec. Sur les bords de cette rivière, de grands bâtiments en brique et des moulins à farine, à foulon, à papier ou à huile rappellent son passé industriel. Ici, l’ancienne teinturerie Auvray, qui témoigne des riches heures du textile local ; là, le moulin Saint-Gilles, qui servait au broyage de blé, accueille aujourd’hui un écomusée des industries ; plus loin, c’est un particulier qui a rassemblé dans son jardin un vieux coucou et quelques machines à vapeur. Certains s’arrêtent studieusement devant chaque panneau pédagogique pour lire les informations.
Pour Florence, agent Sncf et présidente d’un club de randonnée, « la marche est la meilleure façon de découvrir un lieu. L’an dernier, nous sommes allés en Chine ». Son amie Martine, grande marcheuse, voit aussi le but culturel de cet après-midi : « Sans cela, on n’aurait jamais eu l’idée de venir dans ce quartier. » Pour d’autres, c’est un moyen de reprendre un peu le sport. « Ça fait un an et demi que j’ai arrêté le vélo ! » déclare Aldo. « Mangez si vous êtes en faiblesse, il faut prendre du sucre et de l’eau, on a déjà fait un bon bout », lance le joyeux participant à ses collègues qui croquent leurs pommes.
Les vestes sont désormais nouées à la taille. Le ciel est couvert, mais les températures de ce début d’automne sont douces. La végétation est encore bien verte. Sur le chemin, un saule pleureur géant se dresse comme un rideau devant les marcheurs. La balade s’enfonce ensuite dans Darnetal. « Passez sous le viaduc des trains sans respecter le code de la route cette fois », indique la feuille de route. Le groupe se concerte, cherche, et finit par s’engouffrer dans une ruelle en sens interdit…
Après deux heures de marche, c’est la pause. Les organisatrices attendent les participants dans les jardins familiaux de Repainville. Elles ont préparé une boisson, diététique, « Plus saine la vie » oblige ! Et chacun repart pour la dernière heure de balade, une salade sous le bras. Plus loin, au four à pain, c’est une brioche qui les attend. Elle aussi préparée dans le respect des règles de la diététique. Vers 17 heures, la boucle est bouclée, retour au stade Saint-Exupéry. Beaucoup de sueur, beaucoup de futures courbatures, mais aussi beaucoup de bonne humeur.

A nice : Petit déjeuner équilibré

uelque 130 cheminots ont pris un petit déjeuner, le 17 septembre, dans la salle forum de la gare de Nice-ville, à l’invitation des partenaires de « Plus saine la vie ». Trois tables avaient été dressées, couvertes des victuailles indispensables pour faire un petit déjeuner équilibré, tout en mangeant ce qu’on aime. Outre les boissons chaudes, le lait et les jus de fruits, il y avait au menu des crêpes sans matière grasse – toutes chaudes, car faites à la demande –, des confitures, du miel et du sirop d’agave, du pain, du fromage, du jambon blanc pour composer un petit déjeuner à l’anglo-saxonne et des compotes (sans sucre ajouté). Ce premier repas de la journée, simple et facile à préparer, comprenait tous les éléments essentiels : protéines, calcium, vitamines…
Deux représentants de Mutuelle Entrain, Hélène Grangé, du pôle prévention santé, et Benjamin Girondin, élu de la section Côte d’Azur, étaient présents de 7 h 30 à 11 heures ce matin-là, tant pour servir les agents, invités à déjeuner tranquillement, que pour répondre à leurs questions et replacer l’initiative dans le contexte de « Plus saine la vie ». « J’ai par exemple souligné que le jambon blanc n’est pas de la charcuterie, contrairement au jambon cru, mais une protéine maigre. Et j’ai rappelé combien les fruits frais de saison étaient importants dans ce premier repas de la journée », a précisé Hélène Grangé. Elle était aux côtés de représentants du service médical et de l’action sociale Sncf et de la Caisse de prévoyance et de retraite (Cpr).
« Nous avons collecté 94 réponses au quiz que nous avons distribué et avons eu la bonne surprise de constater que l’essentiel des agents venus avaient bien répondu ! Ils avaient les réponses sur les totems [panneaux] exposés dans la salle, preuve qu’ils les ont lus ou qu’ils s’y connaissaient en équilibre alimentaire… », a constaté Coralie Moulis, infirmière du service médical Sncf de Nice, présente aux côtés des médecins du travail de Nice et de Marseille.
Une attention particulière était accordée aux cheminots travaillant en horaires décalés. Ceux qui se lèvent très tôt, par exemple, étaient vivement incités à prendre un encas – de préférence autre qu’une viennoiserie – vers 10 heures, au lieu d’attendre le repas de midi.

 

Les Partenaires

Toutes les actions de prévention menées dans le cadre du programme « Plus saine la vie » sont organisées par les comités de pilotage (Copil) régionaux.
Les mutuelles de l’Union des mutuelles de cheminots et des personnels du groupe Sncf (Umcpg), la direction régionale Sncf, la Caisse de prévoyance et de retraite (Cpr), les mutuelles et les associations sportives cheminotes prennent une part active à chacune des initiatives.