Moins d’enfants hospitalisés pour asthme et de naissances prématurées grâce à l’interdiction de la cigarette dans les lieux publics, c’est le constat fait par des chercheurs hollandais qui ont passé passé au crible onze études réalisées en Amérique du nord et en Europe. Leur résultat viennent d’être publié dans la revue britannique The Lancet.

Selon eux, le taux d’hospitalisations d’enfants asthmatiques et de prématurés auraient baissé de 10% dans l’année ayant suivi l’entrée en vigueur de la législation interdisant de fumer dans les endroits publics et sur le lieu de travail.

«Notre étude fournit la preuve que les interdictions de fumer ont des bénéfices considérables sur la santé périnatale et sur la santé de l’enfant et apportent un soutien fort aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) visant à créer des espaces publics sans tabac au niveau national», pointe le Dr Jasper Been, coordinateur du travail.

Dans le monde, on estime que 150 000 enfants et 450 000 adultes meurent chaque année du tabagisme passif.