Plus de 20 000 signataires de la pétition pour le maintien des hôpitaux de proximité, 6 000 pour la « votation citoyenne » contre la fermeture de la chirurgie à Lannemezan, un collectif Hôpitaux santé 65 qui rassemble des comités de défense*, des partis politiques, des syndicats, des mutuelles, des associations : la mobilisation pour la sauvegarde de l’offre de soins publique dans les Hautes-Pyrénées ne faiblit pas, au contraire. Et ce, d’autant que les craintes s’aiguisent avec la baisse d’activité de certains services et la mise en place de l’agence régionale de santé (Ars) de Midi-Pyrénées.

Jacques Villegas, président du comité de défense de l’hôpital de Tarbes et administrateur des Mutuelles de France du Sud-Ouest, s’en explique, exemples à l’appui. « A l’hôpital de Lourdes, un tiers des lits de réanimation doit fermer : que va devenir la maternité dans ce contexte ? La diminution de l’activité de traumatologie, au profit de celle de Tarbes, fait courir un risque aux pèlerins – 6 millions chaque année ! – et aux nombreux touristes. La fermeture de l’hôpital de Lourdes mettrait en péril celui de Tarbes, déjà saturé et très éloigné de certaines vallées pyrénéennes. Quant au projet gouvernemental de site unique à Lanne en 2016, il représenterait un coût exorbitant (entre 167 et 250 millions d’euros selon les estimations officielles), financé pour moitié seulement par l’Etat, et une gabegie car l’hôpital de Tarbes a fait l’objet de nombreux investissements ces dernières années. »

Après avoir incité les maires du département des Hautes-Pyrénées à consulter leurs administrés et à soumettre des délibérations au vote des conseils municipaux, le collectif Hôpitaux santé 65 organise lui-même des réunions publiques pour alerter la population.

« Nous sommes d’autant plus inquiets qu’aucun des quatre comités de défense n’a été retenu parmi les représentants des usagers dans la conférence de territoire récemment constituée par l’Ars et destinée à remettre à plat toute l’offre de soins », ajoute Jacques Villegas.

* Il s’agit des quatre comités de défense de l’hôpital à Tarbes, Lourdes, Bagnères-de-Bigorre et Lannemezan.