La gestation pour autrui (Gpa) est un sujet qui divise notre société. Le film Melody, du réalisateur belge Bernard Bellefroid, qui sort mercredi, dresse le portrait de deux femmes, l’une en mal d’enfant, l’autre d’argent…

Melody est une jeune coiffeuse qui rêve d’ouvrir son salon. Problème : Melody n’a pas un sou. L’idée de louer son ventre pour une femme d’affaires anglaise, Emily, se fait jour peu à peu.

Le film raconte leur parcours entre Belgique et Royaume-Uni, procréation médicalement assistée et imbroglio législatif européen. La vie des deux femmes va être soudainement bouleversée. Car Melody se prend d’affection pour cet enfant qui grandit en elle, et il lui est difficile d’imaginer qu’elle pourrait disparaître après la naissance du bébé.

Ce film sensible a pour mérite d’ouvrir le débat sur la gestation pour autrui (Gpa) et la réalité des couples de même sexe qui ont recours à la procréation médicalement assistée à l’étranger, confrontés ensuite à la législation française. Car la Gpa est interdite en France et reste le cheval de bataille de la communauté gay et lesbienne.

Melody est inspiré d’un fait divers très médiatisé survenu en 2004 en Belgique : la jeune mère porteuse d’un couple de Néerlandais avait cherché à vendre le bébé au plus offrant.

La bande annonce ici.