Mélanome : 5 coups de soleil suffisent

L’arrivée des beaux jours doit inciter les parents à protéger leurs enfants contre les rayons ultraviolets du soleil. Une étude américaine, parue dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention montre en effet que les coups de soleil apparus durant l’enfance augmentent le risque de cancer de la peau à l’âge adulte.

Pendant 20 ans, les chercheurs de l’Université américaine de Brown et de l’hôpital de Rhode Island ont effectué une enquête auprès de 110 000 femmes à qui ils ont demandé de répondre à un questionnaire très précis sur différents facteurs : le nombre de grains de beauté, les réactions au soleil durant l’enfance et l’adolescence, la couleur des cheveux, les antécédents familiaux de mélanome, l’utilisation de cabines UV etc.

Les auteurs ont ainsi constaté que les femmes ayant contracté au moins 5 coups de soleil dits “sérieux” autrement dit, avec la formation de cloques, entre 15 et 20 ans augmentent de 68% le risque de développer un carcinome baso-cellulaire et de 80% le risque de mélanome à l’âge adulte. S’agissant du carcinome, le risque augmente avec la dose d’UV à laquelle la femme s’expose par la suite. En revanche, s’agissant du mélanome, la dose  ne compte pas.

Ce sont les personnes qui s’exposent régulièrement au soleil, qui ont de nombreux grains de beauté et qui sont rousses qui sont les plus à risques de développer un cancer de la peau. Les plus jeunes doivent impérativement être protégés en cas d’exposition au soleil à l’aide d’un chapeau, d’une crème solaire et de vêtements adaptés. Mais les adultes ne doivent pas délaisser leur protection pour autant.