Marisol Touraine favorable à l’instauration de paquets de cigarettes « neutres »

La ministre de la Santé a annoncé sur BFM TV qu’elle comptait se « battre, en particulier au niveau européen, pour faire en sorte que nous allions vers ce qu’on appelle le ‘paquet neutre’, c’est-à-dire un paquet [de cigarettes, ndlr] sans marque, qui ne soit pas attractif, un paquet qui ne soit pas séduisant ». Selon Marisol Touraine, une telle mesure viserait à réduire la consommation de tabac chez les jeunes, qui « achètent des paquets qui leur paraissent plus jolis ou plus agréables à regarder ».

Durant la campagne présidentielle, François Hollande s’était déjà déclaré « intéressé » par cette idée de paquet « neutre », sur le point de voir le jour en Australie. Le pays a en effet adopté une loi qui imposera, à partir de la fin de l’année, des paquets de cigarettes uniformes : tous vert sombre, couverts d’avertissements et ne portant comme éléments distinctifs que la marque et le nom du produit. Les industriels australiens du tabac ont attaqué le dossier en justice.

En France, Yves Bur, alors député UMP, avait déposé en décembre 2010 une proposition de loi visant à imposer les paquets neutres, sans succès.

« Considérés comme ternes, peu stylés et ne renvoyant plus à l’imaginaire de la marque […], les paquets ‘neutres’ ne donnent pas envie d’être achetés et en ce sens ils constituent un frein majeur à l’initiation des plus jeunes dans le tabagisme », estime Karine Gallopel-Morvan, chercheur en marketing social à l’Ecole des hautes études en santé publique, citée par le Comité national contre le tabagisme.

A l’inverse, Eric Sensi, directeur des relations institutionnelles chez Imperial Tobacco, estime qu’« aucune étude sérieuse n’a démontré qu’une telle mesure serait efficace ». Et pour cause : aucun pays ne l’a encore mise en place. Pour défendre leurs intérêts, certains industriels du tabac évoquent également les risques de contrefaçon accrus avec des paquets génériques.

Toujours sur BFM TV, Marisol Touraine a assuré qu’une hausse des prix du tabac « est prévue à la rentrée », mais que « dans le cadre d’un plan plus général de lutte contre le tabagisme, [elle] n’exclurai[t] pas de nouvelles augmentations de la fiscalité, en particulier qui pèsent sur les entreprises ».

A lire aussi :