Les ophtalmologistes sont contre la reconnaissance de l’optométrie

Reconnaître l’optométrie en France, comme le préconise le député socialiste Gérard Bapt  ? Les ophtalmologistes sont contre ! Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (Snof) y voit le risque d’une « démédicalisation de la filière visuelle au péril de la santé des Français », ainsi que d’une confusion des genres entre la prescription et la vente. « Attention à l’optométrie, conclut le Snof, à chacun son métier. Cependant, le syndicat dresse un tableau alarmiste de la démographie médicale des ophtalmos, et propose quelques pistes. « La population vieillit et les besoins en ophtalmologie vont augmenter de 30 % d’ici à 2025. » Parallèlement, le nombre de praticiens va baisser de 30 % d’ici là. En moyenne, 240 ophtalmos partent à la retraite chaque année, alors qu’en 2013, seuls 123 internes seront formés à cette spécialité. Le Snof prédit donc qu’en 2025, 50 % des actes d’ophtalmologie ne pourront être honorés, si des mesures ne sont pas prises.

Le SNOF propose en conséquence de « maintenir une expertise médicale de qualité, tout en optimisant la chaîne de soins oculaires », grâce à un partenariat renforcé avec des orthoptistes travaillant sous la responsabilité de ces spécialistes. Objectif à terme : passer à 220 actes par semaine et par cabinet, contre 127 en moyenne aujourd’hui.

Qu’est-ce que l’optométrie ?

L’optométrie est une profession de santé autonome. Les optométristes sont les professionnels de la santé de l’œil et du système visuel qui assurent la réfraction et la fourniture des équipements optiques, la détection-diagnostic et le suivi des maladies oculaires et la réhabilitation du système visuel. (Définition de l’Association des optométristes de France.)