Les Mutuelles de France lancent la campagne« Une mutuelle pour tous »

Les Mutuelles de France lancent la campagne « Une mutuelle pour tous » afin que tous les Français puissent accéder à des soins de qualité. « Les chiffres sont là, explique Jean-Paul Benoit, président de la Fédération des mutuelles de France.  16 % des Français renoncent aux soins, c’est 10 millions de personnes. Les causes en sont connues : d’abord, le recul de la prise en charge de la Sécurité sociale, l’explosion des dépassements d’honoraires et le coût des complémentaires. »

C’est un fait : aujourd’hui, sans mutuelle, impossible de soigner car la Sécurité sociale ne rembourse qu’un euro sur deux des soins de ville. Résultat, ceux qui n’ont pas de mutuelle se rabattent sur les hôpitaux et les urgences qui ne sont pas adaptés. Or, 4 millions de nos compatriotes n’ont pas de complémentaire santé, auxquels il faut rajouter ceux qui possèdent des contrats de base, low cost, laissant aux adhérents des restes à charge importants.

Si les mutuelles sont devenues si chères, c’est en raison de plusieurs facteurs : d’abord, leurs tarifs suivent naturellement la hausse des dépenses de santé annuelle, de l’ordre de 2 à 3 % par an. Ensuite, les déremboursements de la Sécurité sociale (la prise en charge est passée de 77 % en 2004 à 75,5 % aujourd’hui) ont entraîné un transfert de charges vers les complémentaires santé de l’ordre de 2,7 milliards en dix ans. Enfin, entre 2002 et 2013, les mutuelles ont vu leurs taxes augmentées de 13 %… Mises bout à bout, ces augmentations atteignent 25 %, reportées en grande partie sur les cotisations. 

Pour les Mutuelles de France, les aides fiscales et sociales à la mutualisation en entreprise (7 milliards d’euros à terme) et la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés dans le cadre de l’Ani, ne vont pas régler le problème de l’accès à la mutuelle : « Bien au contraire, estime Jean-Paul Benoit : cette généralisation va aboutir à un accroissement des inégalités entre les salariés et les autres. Selon votre situation, cadre supérieur, chômeur, retraité, jeune fonctionnaire, vous n’aurez pas accès aux mêmes droits. »

Les Mutuelles de France réclament donc une aide à la mutualisation pour tous. Une demande qui pourrait paraître irresponsable en cette période de crise : « Pas du tout, explique jean-Paul Benoit. Nous ne demandons pas d’argent supplémentaire, mais une remise à plat des aides publiques pour que celles-ci soient mieux employées et bénéficient à tous et en particulier à ceux qui en ont le plus besoin. »

Pour en débattre, les Mutuelles de France et Viva magazine ouvrent aujourd’hui le site Internet unemutuellepourtous.com. Des personnalités du monde de la Mutualité, de la santé, des parlementaires, des syndicalistes y donnent leur vision de ce que pourrait être un droit à la santé pour tous.

Le 26 novembre prochain, à Paris, un colloque réunira des responsables mutualistes, associatifs et politiques autour de cette question.