Les inégalités en France repartent à la hausse. C’est l’Insee qui le dit. Cette aggravation serait liée d’une part à la hausse des revenus financiers pour les plus riches, d’autres part à la baisse des allocations logement pour les plus modestes.

Les inégalités en France connaîtraient leur plus forte hausse depuis 2010, mais le niveau de 2018 resterait en dessous du pic atteint en 2011. Le rapport entre les revenus détenus par les 20 % de personnes les plus aisées et ceux détenus par les 20 % les plus modestes augmenterait de 0,1 point. Quant au taux de pauvreté monétaire, il augmenterait de 0,6 point, pour s’établir à 14,7 % de la population. Ce taux de pauvreté est calculé par rapport au seuil fixé par convention à 60 % du niveau de vie médian. En 2018, 9,3 millions de personnes seraient ainsi en situation de pauvreté monétaire. Ces estimations tiennent compte de la baisse des allocations logement dans le parc Hlm en 2018.

Hausse des revenus financiers

La hausse des inégalités s’expliquerait principalement par la très forte hausse de certains revenus des capitaux mobiliers, notamment des dividendes perçus par les ménages en 2018 (d’environ 60 %), très concentrés chez les plus riches. Cette augmentation des dividendes versés aux ménages découlerait de la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (Pfu) qui abaisse la fiscalité de certains revenus du patrimoine. L’effet serait concentré sur les 5 % des personnes les plus aisées. D’autres mesures contribueraient également à augmenter les inégalités de niveau de vie, comme le gel des allocations logement ou encore leur baisse pour les locataires du parc Hlm. A l’inverse, les plus modestes bénéficieraient des mesures sur les minima sociaux et la prime d’activité, qui contribueraient heureusement à limiter la réduction des inégalités.

Les effets de la baisse des allocations logement

La hausse du taux de pauvreté serait en partie liée à l’accroissement du niveau de vie médian et donc du seuil de pauvreté. C’est la baisse des allocations logement dans le parc Hlm qui aurait le plus fort effet sur l’évolution du taux de pauvreté (+ 0,4 point environ).