D’après le Baromètre d’opinion de la Drees 2014, les inégalités de santé sont les moins acceptables de toutes, même si elles ne sont pas les plus répandues.


En 2014, trois quarts des personnes interrogées pensent que tout le monde peut être soigné, quel que soit son revenu et son lieu d’habitation. Cependant, pour plus de la moitié des Français, la qualité des soins est tributaire de ces deux critères.

L’assurance-maladie doit bénéficier à tous sans distinction, selon 7 Français sur 10. Cette proportion est sensiblement plus élevée que pour les autres risques sociaux (chômage, retraites et allocations familiales notamment). Elle accuse toutefois une baisse de 9 points par rapport à 2013 : 78 % des Français étaient alors favorables à l’universalité de l’assurance-maladie. C’est le plus faible niveau de soutien à l’universalité des prestations de l’assurance-maladie enregistré depuis 2004, date d’introduction de la question dans le Baromètre.

Afin de réduire le déficit de la Sécurité sociale, les Français sont plus favorables aux mesures qui viseraient les professionnels de santé qu’à celles qui augmenteraient le niveau des cotisations sociales ou diminueraient celui des prestations servies. Ils sont notamment, en très grande majorité, opposés à la réduction de la prise en charge des longues maladies, seuls 15 % des Français y étant favorables en 2014.