Les femmes contre les maladies cardio-vasculaires

Contrairement aux idées reçues, les maladies cardiovasculaires touchent de plus en plus de femmes, même très jeunes. Pour preuve, selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (Beh) de 2012, le nombre de personnes hospitalisées pour infarctus du myocarde a baissé chez les hommes dans toutes les classes d’âge entre 2002 et 2008 (-5,3% pour les hommes de 35 à 44 ans, -8,2% pour ceux âgés de 45 à 54 ans) mais pas chez les femmes, au contraire. On compte + 14,6% d’infarctus pour celles âgées entre 35 et 44 ans et même + 17,9% pour les femmes de 45 à 54 ans.

Les maladies cardiovasculaires représentent ainsi aujourd’hui la première cause de mortalité chez les Françaises de plus de 65 ans. On estime qu’une femme sur trois décédera d’une maladie cardiovasculaire. Or ces dernières sont moins bien dépistées que les hommes. Prises en charge plus tardivement, elles se remettent plus difficilement d’un accident cardiaque.

 « Il est impératif de conseiller aux femmes et aux médecins qui les suivent d’être particulièrement attentifs aux trois phases clés de la vie hormonale : première contraception, grossesse et ménopause…», explique le Pr Claire Mounier Vehier, cardiologue et 1ère vice-présidente de la Fdération française de cardiologie (FFC) dans un communiqué.

Partant de ce constat, la Fédération française de cardiologie lance l’appel des 100 (une) cardiaques entre le 22 et le 31 décembre, dans les 101 départements de France et d’Outre-Mer. Objectif : récolter des fonds pour faire avancer la recherche sur les maladies cardiovasculaires, informer le grand public et aider les malades à se réadapter.

Les dons peuvent être réalisés par par internet (http://www.fedecardio.org/dons), par téléphone portable (en téléchargeant l’application smartphone de la FFC : Cardio Info) ou  par courrier (Fédération Française de Cardiologie – 5 rue des Colonnes du Trône –75012 Paris).

La FFC se mobilise pour mieux faire connaître les pathologies cardiaques auprès des femmes, à travers des brochures, téléchargeables sur le site www.fedecardio.org (comme « Coeur, artères, femmes » et un test en ligne « J’aime mon coeur » pour évaluer son risque cardiovasculaire).