Navigation article

Alimentation

Les agrumes, stars de l'hiver

Orange, clémentine, mandarine, citron, pamplemousse, les agrumes sont en tête des fruits les plus riches en vitamine C et en flavonoïdes. L'idéal pour lutter conre la fatigue de l'hiver et les maladies cardio-vasculaires.

Vitamines et flavonoïdes, les agrumes en contiennent en quantité. Ce cocktail de bienfaits nous protège contre les coups de fatigue en hiver mais aussi contre les maladies cardio-vasculaires.

Flavonoïdes, vitamines : le tandem gagnant

Les flavonoïdes sont des molécules présentes dans certains fruits et légumes et qui sont très réputées pour leurs vertus antioxydantes. Une orange en contient jusqu’à 0,5 g, ce qui est 10 fois plus élevé que la teneur moyenne en vitamine C du fruit. Ces composés bioactifs abondent également dans les clémentines, les mandarines et le pamplemousse. Des chercheurs en nutrition humaine à l’Inra Auvergne-Rhône-Alpes ont réussi à mettre en évidence le rôle direct d'un sous-groupe de flavonoïdes, les flavanones, de l’orange et du pamplemousse, dans la protection cardiovasculaire.

D'autre part, les agrumes sont aussi gorgés de vitamine C, efficace contre la fatigue. Une orange moyenne, deux clémentines ou un demi-pomelo suffisent à fournir de 50 à 60 % de l'apport quotidien conseillé. Ils contiennent aussi des vitamines du groupe B et E, du potassium et du calcium (en particulier l'orange).
Mieux vaut les consommer frais entiers au petit déjeuner, au goûter, en collation ou en dessert. En jus, ils perdent leurs fibres et une partie de leur vitamine C. 

Avis aux estomacs fragiles : les agrumes peuvent être mal tolérés.

A éviter : pamplemousse et médicaments

Si vous êtes sous traitement, il est important de vérifier si votre classe de médicament n'est pas incompatible avec le pamplemousse. Car ce dernier peut entraîner des effets secondaires dangereux, notamment quand il est conjugué avec les anxiolytiques (benzodiazépines), les antiallergiques (terfénadine), certains médicaments pour le cœur (inhibiteurs calciques) et contre l'hypertension, qui peuvent persister jusqu'à trois jours après l'ingestion. Le pamplemousse augmente en fait le risque de surdosage, en agissant sur une enzyme, la cytochrome P450 3A4, qui permet la transformation et l’élimination des médicaments.

Prendre conseil auprès de son médecin.

 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Bien-être

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction