Navigation article

Solidarité

Le wwoofing, la nature en partage

Placez d’un côté une exploitation agricole biologique, de l’autreun voyageur qui aime l’aventure humaine et vous obtenez le Wwoofing, une façon d’appréhender le monde qui n’est, en réalité, pas si nouvelle.

Vous avez envie de voyager hors des sentiers battus, de découvrir d’autres façons de vivre ?
Le Wwoofing 1est un excellent moyen de s’initier à des modes de vie différents. Né en Angleterre dans les années 1970, le Wwoofing s’est développé partout dans le monde, y compris en France où il a le vent en poupe. On y dénombre quelques 10 000 Wwoofers et environ 1 000 hôtes.

Comment ça marche ?

En premier lieu, il est indispensable d’adhérer à l’association Wwoof France, que vous soyez Wwoofeur ou hôte. Sur le site www.wwoof.fr, on trouve tous les renseignements indispensables, ainsi que des conseils pour régler les conflits, si besoin. Le Wwoofeur doit fournir environ cinq heures de travail par jour. Il aura droit à des jours de congés s’il reste plusieurs semaines. En revanche, il n’aura pas de contrat de travail ni de rétribution financière. Le Wwoofer n’est pas un salarié.

Rencontres et découvertes

« Tanner une peau de renne ou d’élan, apprendre le bûcheronnage par – 25°C, s’occuper des animaux de la ferme tout en pratiquant son anglais, presque gratuitement, c’est possible ! » explique, enthousiaste, Eléa, vingt-cinq ans, partie trois mois en Norvège avec son amoureux Sacha. « C’est une expérience formidable où on apprend aussi sur soi. Au rythme de la vie de nos hôtes, nous ressortons grandis de chacune des fermes que nous “ visitons ”. » Cette façon de voyager ne s’adresse pas qu’aux jeunes, elle séduit toutes les tranches d’âge. « Je suis partie dans le sud de la France dans une famille pratiquant la permaculture 2, explique Michèle, soixante-six ans, institutrice à la retraite et parisienne. J’ai proposé de donner des cours de soutien scolaire à leurs enfants et j’ai pu m’initier à cette méthode de culture avec, en prime de belles balades dans la région. J’ai été enchantée. » Le Wwoofing est aussi une bonne façon de passer des vacances à moindre coût puisque l’hébergement et la nourriture sont à la charge de l’hôte. Conseils : il faut aimer la nature et la vie au grand air. Ne pas hésiter à se renseigner auprès de son assurance en cas d’accident sur le lieu de Wwoofing. Enfin, sachez que le Wwoofeur ne remplace pas un salarié. Aucune directive ne peut lui être imposée. Les horaires sont libres.

Le site international du wwoofing recense les associations du monde entier.

  • 1. Wwoofing vient de Wwoof : Working weekends on organic farms, « week-ends de travail dans des fermes bio ». Aujourd’hui, cela signifie World wide opportunities on organic farms, « offres d’emploi mondiales dans les fermes bio ».
  • 2. Permaculture : une façon de cultiver qui préserve la diversité et les écosystèmes naturels.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Société

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction