Le Tétrazépam retiré du marché

L’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) a annoncé le retrait du marché des médicaments à base de Tétrazépam. Cette molécule est présente principalement dans le Myolastan et ses génériques (Panos de Daiichi Sankyo France et le Tétrazépam des fabricants Arrow, Sandoz et Biogaran), utilisés dans le traitement des contractures musculaires douloureuses. A partir du 8 juillet, la vente sera arrêtée, les boîtes rappelées et ce, dans toute l’Union Européenne.

L’Ansm avait demandé à l’Agence européenne du médicament (Ema) une réévaluation de ces médicaments et la suspension de leur autorisation de mise sur le marché. Et pour cause : commercialisés depuis 1969, les médicaments contenant du tétrazépam par voie orale entraîneraient « une fréquence élevée d’effets indésirables cutanés », selon les évaluations de l’Ansm. Certains d’entre eux, « rares », sont même « graves voire mortels ».

En juin, la Commission européenne avait déjà approuvé la recommandation d’avril de l’Agence européenne du médicament de suspendre les autorisations de mise sur le marché de médicaments à base de tétrazépam au sein de l’ensemble de l’Union européenne en raison d’une balance bénéfice/risque jugée désormais défavorable pour ces spécialités.

Il est désormais recommandé aux prescripteurs de ne plus instaurer ni renouveler de traitement par tétrazépam et de réexaminer la prise en charge de leurs patients lors de la prochaine visite afin d’envisager une alternative thérapeutique appropriée.

Suite à cette suspension, une mise à jour des recommandations de prise en charge thérapeutique des contractures musculaires a été initiée en collaboration avec la Haute Autorité de santé (Has).