Le chômage non indemnisé mieux pris en compte pour la retraite

La mesure, promise lors de l’adoption de la réforme des retraites, fait l’objet d’un décret paru au Journal officiel hier. La période de chômage non indemnisé en début de carrière prise en compte pour le calcul de la retraite passe de quatre à six trimestres. « Cette disposition s’appliquera aux périodes de chômage postérieures au 31 décembre 2010 », précise le texte.

A partir du 31 juillet 2012, « les informations nécessaires à la validation seront transmises directement aux organismes des retraites, comme c’est déjà le cas pour les périodes de chômage indemnisé ». Pour l’heure, l’assuré doit apporter la preuve de sa situation.

D’après le gouvernement, cette mesure devrait bénéficier à « plus de 6 000 jeunes par an ».

Comme le précisait Denis Jacquat, rapporteur Ump de la loi, l’an dernier, « la part des jeunes sortis de formation initiale sans diplôme est de 17 %, et 31 % de ces mêmes jeunes sont au chômage au cours des premiers mois de leur vie active ».

Cette mesure va entraîner des départs un peu plus précoces et des pensions un peu plus élevées, mais son coût n’a pas été chiffré. Par ailleurs, ne s’appliquant qu’aux débuts de carrière actuels, « la Caisse nationale d’assurance-vieillesse n’en supportera le coût qu’à partir des années 2050 », soulignait la commission des Finances de l’Assemblée l’an dernier.

A lire aussi :