Selon le figaro.fr, le Medef aurait fait part jeudi soir de ses réserves sur l’accord de sécurisation sur l’emploi signé le 11 janvier dernier par les partenaires sociaux. Alors, que le texte doit être transposé dans la loi et être transmis lundi pour validation au Conseil d’Etat, Laurence Parisot conteste la retranscription de certains points. Parmi eux, c’est la liberté de choix des complémentaires santé qui fait débat. L’accord prévoit, en effet, que les complémentaires santé soient généralisées à tous les salariés dans les entreprises. Des accords de branches pourraient être signés. Le Ministère du travail propose dans ce cadre une « clause de désignation » recommandant un prestataire par branche. C’est ce point que contesterait le Medef. Si le syndicat patronal ne remet pas en cause la désignation d’un prestataire, ils voudrait laisser le choix aux entreprises de la branche d’opter pour un autre prestataire proposant les mêmes garanties. Selon Le Figaro, pour le Medef : « c’est un casus belli » qui pourrait pousser le syndicat patronal à retirer sa signature si le texte restait en l’état.