En Italie, la Sécu utilise des moyens modernes pour traquer les usagers fraudeurs. Utilisant les services d’une société américaine spécialisée dans le traitement des données, celle-ci peut, grâce à un logiciel, croiser les fichiers des usagers en congé maladie et les informations relevées sur leurs comptes public Facebook. Arrété pour une gastro fulgurante, vous revoilà en photo en train de dévorer avec une bande de potes des spaghettis bolognaise sur le célèbre réseau social et votre compte est bon. De quoi vous empêcher sérieusement de digérer ou de vous rendre vraiment malade. Sont spécialement prisés par les experts en triche, les arrêts maladie commençant la veille des vacances scolaires ou les salariés multipliant les congés maladie. Des croisements de fichiers qui existent aussi aux Etats-Unis. Avec ses lois informatique et libertés la France semble assez loin de mettre en place ce type de contrôle. Nul doute que certains y réfléchissent déjà.