Navigation article

Aidants

La santé des aidants, un enjeu de santé publique

Le collectif Je t’Aide (ex-Association Journée nationale des aidants) publie un plaidoyer : « La santé des aidants, un enjeu de santé publique ».

La santé des 11 millions d’aidants est un sujet qu’il est urgent d’aborder : le collectif Je t’Aide* lance un plaidoyer pour interpeller les pouvoirs publics sur l’état de santé fragilisé des aidants, leur place dans le système de santé global et le manque de reconnaissance des aidants auprès des professionnels de santé. Ce plaidoyer vise à rendre compte de l’impact de l’aide sur la santé, à mettre en place des stratégies de prévention et à développer une relation plus étroite avec les professionnels de santé. Vieillissement de la population, besoin d’accompagnement des personnes en situation de handicap, augmentation des maladies chroniques, développement de la chirurgie ambulatoire et de l’hospitalisation à domicile... Tous ces indicateurs impliquent une place de plus en plus prépondérante pour les aidants et soulignent l’urgence de la prise en compte de leur rôle.

Un plaidoyer autour de 3 grands axes

Donner la parole aux aidants est au cœur de la démarche du collectif associatif Je t’Aide. Consultés par un vote organisé fin 2017 dans le cadre de la Journée nationale des aidants, ces derniers ont choisi à plus de 50 % la thématique de la santé. Les aidants réclament une représentation auprès des pouvoirs publics et une plus grande reconnaissance, un plus grand soutien, de la part des politiques, des professionnels de santé, de la société toute entière. L’association Je t’Aide se mobilise pour que les aidants soient reconnus et épaulés, qu’ils aient accès à des informations claires et pertinentes, que leur santé ne soit plus mise en danger, qu’ils aient des droits leur permettant d’aider sur le long terme, sans s’épuiser. Pour cela, la contribution des aidants à l’organisation du système de santé doit être reconnue. A travers ce plaidoyer, ce sont tous les acteurs, aidants, experts, associations, scientifiques, qui s’expriment dans l’objectif de provoquer une prise de conscience.

Le collectif demande :

- la création d'un statut d’aidant ouvrant à des droits concrets et à une réelle reconnaissance sociétale ;

- le lancement d'une étude pour chiffrer le rapport coût / économie de l’apport des aidants à la société ;

- la rémunération d'un congé de proche aidant et faire reconnaître les trimestres cotisés pour la retraite ;

- que soit proposé chaque année un bilan de santé 100 % pris en charge pour tout aidant identifié ;

- le soutien aux activités garantissant le maintien d’une bonne santé : sport, loisirs, alimentation ;

- des moyens (informations et financements) d’accéder aux dispositifs propres à les aider ;

- soutenir les services à la personne (valorisation, formation, rémunération) ;

- développer et démocratiser les offres de répit ;

- mener une étude Cnsa / Dress / collectif Je t’Aide pour affiner l’impact de l’aide sur leur santé ;

- renouer une relation avec les professionnels de santé ;

- sensibiliser les professionnels de santé, dès leur formation, au rôle des aidants ;

- inciter généralistes et professionnels de santé à identifier les aidants ;

- reconnaître l’expertise de l’aidant, sur le modèle de l’éducation thérapeutique du patient.

 

* Les membres du collectif : Espace Singulier, France Alzheimer, Fondation France Répit, Jade Jeunes Aidants Ensemble, Admr, la Compagnie des Aidants, Macif, la Maison des Aidants, Pgi, Avec nos Proches, Réseau Euro Québec de Coopération - Baluchon Alzheimer, Age Village, Aster Icf, Rma et Vivre FM.

 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Seniors

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction