La prévention, le fer de lance de l’Union

Objectif du collectif santé de l’Union des mutuelles de cheminots et des personnels du groupe Sncf (Umcpg) : coordonner les actions de prévention des mutuelles cheminotes, en organisant des actions communes ou similaires. Composé de représentants des membres de l’Union, il est, souligne Francis Playt, son nouveau responsable depuis février dernier, « un élément fédérateur, car, au-delà des différences, les mutuelles s’adressent toutes au même public : les cheminots. Elles poursuivent toutes le même but : améliorer la santé de ces derniers ».

A chaque mutuelle, le collectif santé offre un support, une aide technique et politique dans le cadre des actions de prévention. « Nous leur apportons des conseils, par exemple sur la façon d’organiser un café santé, des informations sur l’actualité de la prévention, ou nous les mettons en relation avec certains contacts », explique Ghislain Corbion, responsable prévention de l’Umcpg. « Chaque mutuelle peut aussi partager ses expériences avec le collectif, et échanger des idées avec les autres membres », ajoute-t-il. Cette année, les actions de prévention s’articuleront autour de trois grands axes : la santé et le travail, la santé et l’environnement, le bien-vieillir.

Côté santé et travail, la Mutuelle des cheminots de Normandie (Mcn) expérimente depuis deux ans un système de soutien et d’aide aux membres du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (Chsct). « Ceux-ci se trouvent en première ligne face à la détresse de certains de leurs collègues, et cela peut aussi être une vraie souffrance pour eux », note Ghislain Corbion. Animés par un psychodynamicien et un psychologue du travail, des ateliers permettent aux élus d’apprendre à gérer leurs émotions et à ne « surtout pas sombrer, à la suite de ceux qu’ils écoutent, dans la dépression ». L’expérience normande devrait, explique Francis Playt, être étendue aux autres mutuelles cheminotes et aux différentes commissions santé des comités d’établissement régionaux (Cer) Sncf. « L’intérêt, pour nous, c’est de mettre en évidence le fait que nous ne sommes pas une énième organisation syndicale qui revendique uniquement des conditions de travail meilleures, mais que nous aidons aussi les cheminots à s’interroger sur leur santé au travail », ajoute-t-il.
Côté santé et environnement, le collectif prévoit de mobiliser les mutuelles autour d’actions de prévention, dans le cadre du conventionnement optique Fédération des mutuelles de France (Fmf) [voir ci-dessous], mais aussi autour de « Prev’Express », le nouveau projet de la Sncf, prolongement de « Plus saine la vie », qui mènera des actions contre la consommation excessive d’alcool (binge drinking).

Enfin, la politique de prévention autour du bien-vieillir, ou vieillir en bonne santé, prévoit des cafés santé pour les participants des ateliers mémoire Mémomut, « qui demandent un prolongement du lien social créé lors de ces initiatives. Entrain en est déjà au troisième rendez-vous, et l’objectif serait de proposer ces cafés santé aux autres mutuelles », explique Ghislain Corbion. Et de conclure, revenant sur l’objectif du collectif santé : « En développant la prévention, nous limiterons le curatif, nous maintiendrons le capital santé des adhérents. Nos actions leur permettront de prendre conscience qu’en faisant attention à leur santé ils évitent la maladie. »