La pollution de l'air classée cancérigène

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (IARC), une agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé, a annoncé le 17 octobre qu’elle classifiait la pollution de l’air extérieur comme cancérigène. « L’air que nous respirons a été contaminé par un mélange de substances qui provoque le cancer », a indiqué à la presse le docteur Kurt Straif du Centre international de recherche sur le cancer.

« Les experts ont conclu (…) qu’il existe des preuves suffisantes pour dire que l’exposition à la pollution de l’air extérieur provoque le cancer du poumon. Ils ont également noté une association positive avec un risque accru de cancer de la vessie », a précisé l’IARC dans un communiqué. Les données les plus récentes dont dispose l’IARC montrent en effet qu’en 2010, 223.000 personnes étaient décédées d’un cancer du poumon en lien avec la pollution de l’air.

Pour l’instant, les données n’ont pas permis d’établir si un groupe particulier de la société (femmes ou hommes, jeunes ou âgés) était plus vulnérables.

L’IARC publiera ses conclusions de façon plus détaillée la semaine prochaine dans la revue médicale britannique The Lancet.

Les conclusions des experts de l’IARC rejoignent en partie celles de l’Agence européenne de l’environnement (AEE) qui dans un rapport publié le 15 octobre, estime que la pollution atmosphérique demeure à des niveaux jugés dangereux dans de nombreuses régions de l’Union européenne. « De grandes parties de la population ne vivent pas dans un environnement sain (…). L’Europe doit faire preuve d’ambition et aller plus loin que la législation qu’elle a mise en place, et qui est moins stricte que les recommandations de l’OMS », estime le directeur exécutif de l’Agence européenne, Hans Bruyninckx.