La Mutuelle prête pour affronter l'avenir

Déterminisme, courage, innovations… ces quelques termes résument l’Assemblée générale annuelle de La Mutuelle Familiale, qui s’est tenue le 25 juin à Paris. Une assemblée marquée par la décision de fusion/absorption avec Ma Nouvelle Mutuelle et les modifi cations de garanties dans le cadre de la mise en oeuvre des contrats responsables.

C’est par une vidéo célébrant le 70e anniversaire de la Sécurité sociale que s’est ouverte l’Assemblée générale de La Mutuelle Familiale. Occasion pour Léonora Tréhel, sa présidente, de rappeler que se soigner en fonction de ses besoins et payer en fonction de ses moyens n’est pas une formule dépassée et de souligner les coups portés à cet irremplaçable outil de solidarité (financements insuffisants, prestations en décalage avec le coût réel des soins…). Le conseil d’administration de La Mutuelle Familiale a d’ailleurs décidé de porter ces questions dans le débat public à l’occasion d’un colloque exceptionnel, en novembre. Les délégués auront eu la satisfaction d’apprendre que, avec 129 174 adhérents pour 207 907 bénéfi ciaires fin 2014, La Mutuelle Familiale renouait avec la croissance. Celle-ci est portée par les contrats collectifs, a précisé. Jean-Jacques Gillot, directeur général. La Mutuelle Familiale jouit d’une solidité économique qui lui donne de vraies marges de manoeuvre pour décider de son avenir, s’est félicitée Léonora Tréhel.

Satisfactions et esprit combatif

La présidente a souligné les débuts prometteurs de l’Union de groupe mutualiste Umanens qui a commencé à engranger des résultats en obtenant sa première recommandation pour la branche de l’Animation .. 12 000 structures associatives peuvent dès à présent souscrire leur contrat santé collectif auprès d’Umanens. De bons résultats, donc, même si l’association formée avec 50 mutuelles pour répondre à l’appel d’offres de l’aide à la complémentaire santé  (Acs) a été déclarée inéligible par l’autorité de tutelle. La présidente de La Mutuelle Familiale n’a pas caché son sentiment de profonde injustice à ce propos. Des négociations sont engagées avec des opérateurs tiers afin de trouver une solution pour les 7 435 bénéficiaires concernés. Léonora Tréhel a aussi interpellé par écrit le président de la République et la ministre de la Santé et un recours a été engagé auprès du tribunal administratif.

Activité 2014 soutenue

Dans le cadre de la présentation du rapport annuel, Sylvie Ben Jaber, secrétaire générale, a rappelé le mode de gouvernance de la mutuelle et souligné le travail de terrain des cinq comités d’actions régionaux. L’activité démocratique se prouve et elle est pour nous essentielle. Responsabilité, transparence, collégialité sont les clés de nos décisions. Soléane Duplan, secrétaire générale adjointe en charge de la prévention, a rendu compte des multiples initiatives men.es au bénéfice des adhérents et est également revenue sur le succès du site mapreventionsante.fr. Avec la page Facebook qui lui est associée, il répond à un besoin de conseils pratiques tout en relayant des positionnements politiques en matière d’accès à la santé. 

Jean-Jacques Gillot a commenté le volet opérationnel de l’activité, qui renforce son efficacité pour aborder les échéances liées à la nouvelle règlementation Solvabilité. II, et à la généralisation de la complémentaire santé en entreprise. Pierre Lairesse, trésorier, a présenté le rapport sur les comptes annuels 2014 et la gestion. Dans un contexte de bouleversements majeurs pour les mutuelles, l’Assemblée générale a pu acter le renforcement de la bonne santé économique et financière de la mutuelle, ainsi que le développement de ses effectifs adhérents. Comme tous les ans, les délégués ont fait preuve d’une participation qui témoigne de leur intêret pour la vie démocratique de la mutuelle et de leur connaissance de thématiques souvent complexes. Au cours de leurs 27 interventions, ils ont abordé des sujets aussi différents que la prévention, le résultat comptable, la manière d’aider les adhérents à faire face aux dépassements d’honoraires, le cas des mineurs retraités souhaitant démissionner de la Micom Régime minier et la décision de la mutuelle de prendre en charge les médicaments remboursés à hauteur de 15 % par la Sécurité sociale… Enfin, plusieurs délégués ont témoigné de leur attachement à la dimension solidaire de la mutuelle, en soulignant le droit fondamental à la santé pour chacun, dans une époque qui  pousse à l’individualisme.

Des décisions d’avenir

Parmi les différentes résolutions votées par les délégués, deux grands dossiers ont marqué. les débats. Le premier concerne la fusion avec Ma Nouvelle Mutuelle qui va contribuer au rayonnement de La Mutuelle Familiale sur un territoire où elle est peu présente. . Ce n’est pas qu’une addition de compétences, a souligné Léonora Tréhel, c’est aussi un engagement d’avenir : La Mutuelle Familiale deviendra forcément une nouvelle mutuelle.  Les délégués ont largement approuvé cette fusion, tout comme ils ont voté pour l’autre grand chantier, celui concernant les contrats responsables dont la mise en application va modifier la quasi- totalité des garanties actuellement proposées par la mutuelle. Plusieurs dizaines de réunions préparatoires auxquelles ont participé plus de 500 adhérents ont précédé cette Assemblée générale. Ce travail a assuré la qualité de ces débats annuels et la richesse des échanges entre les participants.

 

Les résolutions adoptées

• les mises à jour du règlement mutualiste ;

• les orientations stratégiques en matière de réassurance ;

• l’affectation d’une somme de 400 000 € pour les actions

de prévention ;

• l’affectation d’un budget de 400 000 € à la commission d’aide sociale ;

• la délégation de pouvoir accordée au conseil d’administration pour l’augmentation des cotisations et des prestations.

Apparue en 2004, la notion de « contrat responsable » va être renforcée au 1er janvier 2016. Les critères vont devenir plus sélectifs et les contrats qui n’y répondront pas seront taxés à 14 % contre 7 % actuellement.

Jean-Jacques Gillot a salué le « travail de fourmi » des collaborateurs qui ont épluché les contrats des 88 784 adhérents concernés. « Pour que chacun conserve une offre proche ou similaire à celle qu’il a aujourd’hui et avec un tarif acceptable, nous avons passé au crible 375 produits, soit 1 274 tarifs, pour les rendre responsables et solidaires. Nous avons calculé l’impact surles cotisations et enfin, en avons analysé les conséquences pour chaque adhérent. » Au final, 71 % des contrats seront transformés en contrats responsables, 11 %
ne seront pas modifiés. L’opération permet aussi à La Mutuelle Familiale de rationaliser son offre en divisant par 4 le nombre de produits proposés.