Cette année, en Région Paca, c’est la mutualité qui a été retenue pour ouvrir le 12e Mois de l’économie sociale et solidaire. La place des services de soins et d’accompagnement mutualistes (Ssam) au sein de l’économie régionale, tel était en effet le thème de la conférence inaugurale du 22 octobre dernier à Marseille, placée sous le triple patronage de Michèle Tregan, conseillère régionale déléguée à l’emploi et à l’économie sociale et solidaire, représentant Michel Vauzelle, président de la Région Paca, de Michel Faure, président de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress) Paca, et de Jean-Paul Benoit, président de la Mutualité française Paca.

Comme l’a souligné Jean-Paul Benoit, mutualité et conseil régional entretiennent des liens étroits : « Nous avons souvent travaillé ensemble sur la question de l’accès à la santé, notamment dans le cadre du Pass santé jeunes et de la labellisation des neuf centres de santé mutualistes en maisons de santé, etc.» Quant au conseil régional, il est depuis 1998 un fervent soutien de l’économie sociale et solidaire.

Aujourd’hui la mutualité fait figure d’acteur le plus ancien et, désormais incontournable, de ce secteur innovant. « C’est le mouvement mutualiste qui porte les valeurs les plus fortes et qui est doté des plus grandes perspectives de développement, car la santé demeure un enjeu majeur, a reconnu Michèle Tregan.

Rappelons qu’en Paca, on dénombre 200 mutuelles santé couvrant 3 millions de personnes, 3000 élus bénévoles et près de 8000 salariés, qui proposent chaque année 1200 actions de prévention. A ce titre, le mouvement mutualiste occupe une place significative au sein de l’Ess. Et la loi-cadre du 31 juillet 2014, qui reconnaît la spécificité de l’Ess et la capacité de ses entreprises à œuvrer en faveur du développement social et économique des territoires, en a renforcé la légitimité.

Dès lors, quelle meilleure illustration de la vitalité de l’Ess que les services de soins et d’accompagnement mutualistes ? La mutualité a un rôle de complémentaire santé, promeut des valeurs de solidarité, défend l’accès aux soins, mais elle gère aussi avec efficience et rigueur des centres de soins médicaux et infirmiers, des centres dentaires, de l’optique, de l’audition, etc. Ses Ssam ont été de tout temps des lieux d’innovation et de progrès social avec la pratique du tiers payant – une invention mutualiste! -, l’exercice coordonné de la médecine, le dossier médical partagé, etc.

Ce délicat équilibre entre viabilité économique et utilité sociale, la mutualité l’a réussi. Il se révèle par ailleurs emblématique des défis que relève l’Ess. Michel Faure président de la Cress, n’a pas manqué de le pointer : « L’Ess est productrice d’idées sociales mais aussi porteuse d’emplois ancrés au sein du territoire et non délocalisables. » En Paca, elle représente 13643 entreprises, soit 8 % des entreprises de la Région et 10 % des salariés.

Pour donner corps à ce constat, un forum des métiers, emplois et stages en mutualité s’est tenu au sein du conseil régional, présentant près de 90 métiers : conseiller mutualiste, animateur de prévention et de promotion de la santé, téléconseiller, mais aussi infirmier, opticien, ergothérapeute, dentiste, médecin, audioprothésiste, etc. Pas de doute, la Mutualité, composante essentielle d’une économie porteuse de sens, bouge et ses métiers évoluent !

 

www.cresspaca.org

www.paca.mutualite.fr