La gastro-entérite est une des deux premières causes d’hospitalisation des enfants, avec les infections des voies respiratoires. Elle peut avoir différentes causes, bactériennes ou virales, mais en hiver (décembre-janvier), c’est essentiellement le rotavirus, extrêmement contagieux, qui provoque de véritables épidémies et entraîne de 1 à 1,5 millions de consultations. Chez les enfants et les personnes âgées ou ayant un système immunitaire affaibli (par le Vih par exemple), la gastro-entérite peut provoquer une déshydratation et doit faire l’objet d’une vigilance accrue.

La « gastro » c’est quoi ?

La gastro-entérite (qu’on appelait autrefois diarrhée ou grippe intestinale) est une infection du tube digestif et se signale par des nausées, des crampes abdominales et des vomissements ; de la fièvre et des maux de têtes, et surtout une diarrhée aigüe (c’est à dire trois selles liquides ou molles par 24 heures) qui doit amener à consulter un médecin. Il est possible néanmoins qu’il n’y ait pas de diarrhée et le diagnostic est alors plus délicat.

Y a-t-il un traitement ?

Les malades se rétablissent sans traitement en deux ou trois jours mais il faut être très attentif au risque de déshydratation des personnes fragiles. Les malades doivent se reposer au lit. Il est inutile de les forcer à manger le temps que leur système digestif se rétablisse. Quand les symptômes s’apaisent, ils peuvent reprendre une alimentation solide en évitant fruits et légumes dans un premier temps. Les nourrissons gardent leur régime lacté, sauf en cas d’allergie et ne doivent pas rester sans se nourrir plus de cinq ou six heures.

Un vrai risque pour les nourrissons : la déshydratation

La déshydratation est la deuxième cause de mortalité des enfants de moins de 5 ans, après les accidents domestiques. Pour la prévenir, il est indispensable de donner aux jeunes enfants une solution de réhydratation orale (SOR) qui remplace l’eau et les sels minéraux perdus lors de la diarrhée.

Ces solutions doivent être administrées sans faute et dès les premiers symptômes chez les nourrissons, en suivant les indications, et même si l’enfant vomit. Les enfants allaités peuvent continuer à l’être, tout en prenant la solution de réhydratation. Ces solutés sont remboursés par la sécurité sociale pour les enfants de moins de 5 ans. Pensez à en avoir toujours dans votre armoire à pharmacie si vous avez un enfant en bas âge. La déshydratation se remarque par une sécheresse de la peau et de la bouche, des crampes, une perte de poids et une somnolence, un enfoncement des yeux et de la fontanelle chez les nourrissons. Il faut alors consulter très rapidement.

Coca, carottes, quid des aliments miracle ?

Le coca (les sodas à la cola) ne permet pas la réhydratation d’un enfant diarrhéique. Il n’apporte pas suffisamment de sels et sa teneur élevée en sucre peut même aggraver la diarrhée. Les pédiatres estiment aussi que les soupes de carottes ne constituent pas non plus un apport suffisant. Il n’y aurait par contre pas de nécessité de changer le lait d’un nourrisson en cas de gastro. Le riz, la banane, la compote de pomme restent des aliments recommandés.

Les adultes doivent éviter l’alcool et les boissons qui contiennent de la caféine. Par leur effet diurétique, ils augmentent les pertes d’eau et de sels minéraux.

Comment éviter la contamination ?

La maladie se transmet par contact direct entre les malades. Le virus survit plusieurs jours sur les surface et au moins 4 heures sur les mains. Les mesures d’hygiène sont essentielles pour éviter la contamination.
Se laver les mains au savon avant la préparation des repas (les personnes malades s’abstiendront de préparer à manger pour le reste de la famille), avant de passer à table et après les repas. Eviter de partager les verres et les couverts. Se laver les mains systématiquement après être allé aux toilettes ou avoir changé un enfant. Utiliser éventuellement des solutions hydroalcoolique pour se désinfecter les mains.

Nettoyer soigneusement les plans de travail dans la cuisine, les sanitaires et les sols, surtout s’il y a un enfant ou une personne âgée dans la maison.
Désinfecter les toilettes régulièrement, surtout si quelqu’un est malade dans la famille.

Que penser du vaccin pour les enfants ?

Deux vaccins sont disponibles depuis 2006 pour les enfants de plus de six semaines et de moins de six mois. Ils ont montré une bonne efficacité contre la forme la plus répandue du rotavirus. Le conseil supérieur d’hygiène publique n’a cependant pas encore prévu de recommander la vaccination des nourrissons. Ces vaccins sont chers et ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. Parlez-en à votre médecin.

Gare à l’hiver !

Le pic de gastro-entérite aigüe se situe en hiver (décembre-janvier) et concerne avant tout les enfants de moins de 2 ans, et surtout ceux âgés de 6 et 12 mois. Pourquoi l’hiver ? Parce que les virus sont plus stables à 5° qu’à 30° et persistent plus longtemps sur les poignées de portes, les barres du métro, ou toute autre surface, facilitant la transmission.