L’association Imagerie santé avenir (Isa) a présenté son enquête annuelle sur les délais d’attente pour passer une Irm (imagerie par résonnance magnétique). Ils sont de 30,5 jours en moyenne pour obtenir « en urgence » une Irm , ce qui nous met à la traîne des pays européens. Cette enquête est réalisée depuis dix ans sous forme de « testing ». Des supposés « patients » atteints d’un cancer colorectal téléphonent pour obtenir un rendez-vous d’Irm lombaire en urgence.

Le Plan cancer 2009-2013 avait prévu de réduire le délai d’attente moyen à 15 jours. On en est loin. Après une très légère baisse en 2012 (29,1 jours d’attente en moyenne), les délais sont de nouveau à la hausse. Ce qui s’explique par un taux très faible de nouvelles installations et des besoins qui ne cessent d’augmenter. Actuellement, le taux national d’équipement en Irm est de 10,1 appareils par million d’habitants, alors que l’objectif du Plan cancer, qui se termine cette année, était d’atteindre les 12 par million d’habitants dans les 10 régions ayant la mortalité par cancer la plus importante.

Enfin, les inégalités régionales sont criantes. Les Pays de la Loire et la Basse-Normandie ont les taux d’équipement les plus bas et les délais d’attente parmi les plus élevés en France, avec respectivement 45,4 et 49,7 jours. A l’inverse, le Nord-Pas-de-Calais et la Champagne-Ardenne ont des taux d’équipements supérieurs à la moyenne nationale (13,6 et 12 Irm par million d’habitants), ont des délais d’attente respectifs de 21,5 et 26,6 jours.