Journée mondiale de la tuberculose : la maladie sévit toujours

Le 24 mars est la Journée mondiale de la tuberculose. L’occasion de rappeler que, dans le monde, en 2013, 9 millions de personnes ont contracté cette maladie et que 1,5 million en sont décédées. En France, le nombre de cas régresse, mais il ne faut pas baisser la garde.

La Journée mondiale de la tuberculose, le mardi 24 mars, permet de parler de cette maladie infectieuse très contagieuse et toujours très présente, partout sur la planète. L’infection est causée par une bactérie, le bacille de Koch. Elle se propage dans les poumons et se transmet par voie aérienne, lorque l’on tousse, que l’on éternue ou même simplement lorsque l’on parle. Elle reste la deuxième maladie la plus meurtrière dans le monde, après le sida.

En 2013, dans le monde, 9 millions de personnes ont contracté la tuberculose et 1,5 million en sont décédées. Le vaccin contre la maladie, le Bcg, date de 1920, et les derniers traitements ont été inventés il y a cinquante ans. Malgré cela, aujourd’hui encore, un millier de personnes sont touchées chaque jour par la tuberculose, particulièrement en Europe et en Asie centrale. Il y a vingt-deux ans, l’Organisation mondiale de la santé avait déclaré la tuberculose « urgence sanitaire mondiale ». Qu’en est-il aujourd’hui, alors que cette maladie pourrait être évitable ?

Eradiquer l’épidémie mondiale de tuberculose d’ici à 2035 est possible, mais il faut innover et changer de stratégie. D’autant que la résitance aux antibiotiques pourrait aggraver la situation.

En France aussi…

En France, les chercheurs de l’Invs estiment le nombre de cas de tuberculose maladie déclarés (recueil des déclarations obligatoires) à 4 934, en baisse de 0,8 % par rapport à 2012. 62 % des personnes atteintes étaient des hommes et 38 % avaient entre 25 et 44 ans. Les groupes de population les plus touchés sont les sans domicile fixe et les personnes nées à l’étranger, ainsi que les résidants d’Île-de-France, de Guyane et de Mayotte.

En France, parmi les nouveaux cas de tuberculose (sans antécédent de la maladie), la proportion de la résistance à au moins un antituberculeux de première ligne était de 10,3 %. Chez les malades déjà traités, la proportion de la résistance à au moins un antituberculeux de première ligne était de 38,1 % .

 

Renseignements sur la Journée ici