Journée anti-tabac : la cigarette électronique interdite dans les lieux publics

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé l’interdiction de vendre des cigarettes électroniques au moins de 18 ans, comme c’est le cas en Italie.

«La cigarette électronique n’est pas un produit banal, nous devons lui appliquer les mêmes mesures que celles pour le tabac. Faire en sorte qu’elle ne puisse pas être fumée dans un lieu public, que sa vente soit interdite aux mineurs de moins de dix-huit ans et qu’il n’y ait pas de possibilité de faire de la publicité»,a-t-elle souligné.

Inventée par un pharmacien chinois et commercialisée en France depuis 2007, la e-cigarette a déjà conquis un million d’utilisateurs dans l’Hexagone sans que l’on connaisse vraiment son efficacité pour arrêter de fumer et son innocuité pour la santé.

En mai 2011, l’Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) avait recommandé de ne pas consommer ce produit : «Même lorsqu’ils sont limités à 2% les e-liquides peuvent contenir des quantités de nicotine susceptibles d’entraîner une exposition cutanée ou orale accidentelle, avec des effets indésirables graves, notamment chez les enfants. Par ailleurs, comme pour la cigarette classique, consommer des cigarettes électroniques peut induire une dépendance, pour toute quantité de nicotine contenue dans les cartouches. L’usage de ce produit expose donc les utilisateurs qui n’étaient dépendants ni aux cigarettes, ni à la nicotine, à un risque de dépendance primaire.»

La ministre, qui a rappelé que le tabac tue 73000 personnes par an, a également révélé que le prix du paquet de cigarettes allait augmenter de 5% au 1er juillet prochain.

Par ailleurs, une loi anti-tabac (qui sera dévoilée en juillet et intégrée dans le futur plan Cancer 3 et le plan Addictions de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie) prévoit que certains espaces actuellement autorisés aux fumeurs comme les Abribus, les terrasses de café, les espaces de jeux… deviennent des zones non-fumeurs.

Des mesures vont aussi cibler les jeunes, pour lesquels un accompagnement et une aide financière au sevrage vont être mis en place. Autre objectif : «Zéro tabac» pour les futures mamans. En Europe, les Françaises sont, en effet, celles qui fument le plus quand elles sont enceintes :  16% sont encore accros à la cigarette en fin de grossesse. Pour les dissuader, d’ici à l’été 2014, un logo symbolisant les dangers du tabac pendant la grossesse va être apposé sur les paquets de cigarettes sur le modèle de celui qui existe sur les bouteilles d’alcool.

Des dispositions jugées «peu ambitieuses» par un grand nombre de spécialistes.

 

LA E-CIGARETTE, C’EST QUOI ?

La cigarette électronique reproduit la forme d’une cigarette classique. La partie «tabac» présente à son extrémité une diode simulant visuellement la combustion, et à l’autre extrémité une résistance qui plonge dans la partie «filtre». Des flacons de «e-liquides» (composés de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes et éventuellement de nicotine) permettent de recharger la cartouche usagée. Lors de l’aspiration, la solution présente dans cette dernière s’échauffe et la vapeur produite est inhalée par l’utilisateur.

 

UN NUMERO POUR VOUS AIDER

«On a tous une bonne raison d’arrêter de fumer», c’est la campagne mise en place par l’Institut national d’éducation à la santé (Inpes). Pour vous faire aider : appelez Tabac info-service au 39 89.